Pendant le weekend

Passigny la Forêt

Passigny1

Passigny la Forêt. J’y suis allé. Pas d’appareil photo. J’ai fait des rencontres.

« Bonjour, alors, on se promène?»

Je n’étais pas calmé. Je n’en croyais pas mes yeux. J’ai dessiné comme je pouvais.

«Vous dessinez ma maison? Vous pouvez la photographier si vous voulez »

Passigny2

Je me sentais sûr de moi. Apte à gifler les importuns. L’histoire avec Aubin m’avait revigoré.

« J’ai tout fait moi-même. Les tubes sous le toit, ça vient de Corée. »

Une baffe. Je ne lui avais rien demandé. Qu’est-ce qu’il voulait? Me vendre sa baraque?

Passigny3

« On ne trouve pas ça ailleurs, pas vrai? C’est quand même plus sympa comme ça, non? Sinon c’est moche. Enfin c’est vrai, ces bicoques prêt-à-vivre, c’est pas terrible quand même ».

Une autre. Pour lui aussi. Lâchez-moi les gars sinon ça va saigner, me suis-je dit.

« Sous mon canapé aussi j’ai mis des néons. Ça déchire. »

Passigny4

Allez, pour toi également : une torgnole. Hey, je suis chaud.

« Vous voulez voir mon atelier? C’est un antre miraculeux, vous savez. Une porte dimensionnelle en quelque sorte ».

Ah tiens? Je lui ai demandé s’il se moquait de moi et si l’on pouvait quitter la Francilienne par cette porte.

« Ah ça! Bah …non. Mais franchement, ça ne vous inspire rien une maison pareille? »

Je l’ai cogné aussi celui-là. Ciel! Je suis en forme, je peux terrasser le dragon, me suis-je dit.

« Regardez ma cheminée plaqué or. »

Passigny5

Et vlan, ogoshi. Par terre le type.

« Je n’ai pas mis de plaque de plexi sur les façades de ma maison. J’ai juste laqué les murs ».

Tomoenage. La planchette japonaise, quoi.

« Pour moi le tunning doit être quelque chose de totalement transparent. Par exemple, chez moi, c’est la domotique qui constitue l’essentiel de la transformation. C’est un ordinateur qui contrôle l’ouverture des fenêtres ».

Passigny6

Au bout d’une heure et demie, je connaissais tous les mecs de Passigny. Ils sont tous venus me voir pour me parler de leur maison. Je me suis régalé. J’ai giflé tout le monde. Un par un. Et ils en redemandaient.

« Attends, t’as pas vu ma toiture. Ce n’est pas un bête ensemble de tuiles. Tout est thermoformé. C’est mieux ».

Au bout de deux heures ça saignait de tous les côtés. Les femmes ont du s’inquiéter puisque les flics ont débarqué. Trois bagnoles ont déversé une demi-douzaine de « collègues ». Les mecs de Passigny continuaient de me harceler.

« Hey, regarde ça! Pourquoi tu ne dessines pas mon portail? Il est peint à la main, quand même ».

Je n’ai rien pu faire les poulets me maintenaient fermement les bras. Je me suis débattu. Ils ont eu une peine du diable à me faire rentrer dans leur véhicule.

Adrien Villeneuve

Share

Laisser un commentaire