Pendant le weekend

Sur le bureau #27

Sur les 2303 photos qui composent aujourd’hui le fichier « améliorées », pratiquer, au pas de cent, (on a commencé à 7) un tirage aléatoire, continu, sélectif, de donc vingt trois clichés qui illustreront peut-être le climat de ces jours. Ici, pour la vingt septième reprise.

 

 

Sur l’évidence de la revenue des solstices, passe encore que nous fassions quelque chose de ces jours (encore que) : mais nous autres, avec nos centenaires de la naissance d’untel, de la mort d’une autre, dépôt de gerbes, allumages de la flamme de l’inconnu (sans doute est-ce un homme), le bureau des événements du ministère, comme celui des temps de la municipalité, quelle est cette superstition qui nous étreint, quelle déesse honorons-nous, quels anniversaires, fêtes, retours à l’état de réalité, quelles sont donc ces dispositions qui nous entraînent à nous souvenir que, tel jour, telle année, naissait disparaissait celle-ci, cet autre, ce héros, sait-on encore la date de Waterloo ou d’Austerlitz, celle de la naissance de qui donc et de la mort de quel autre  ? Eh bien, non, le temps ne s’arrête pas…

Les cieux au dessus de Saint Lazare (initialement pris pour Louise Imagine lors d’un vase communicant – mars 14)

1 slb #46

Aux ciels passent encore (toujours, sauf volcan…) les astronefs.

des roses pour O.

2slb#46

Des fleurs sur les tombes nous poseront, d’autres nous suspendrons à des attaches spécialement conçues aux murs, d’autres encore, dans des vases, des vasques, des récipients de ces oboles, des oiseaux passeront dans le ciel comme des augures et toujours nous garderont nos ombres

autoportrait à l’ombre et au manteau (zeugme)

3 slb #46

« les choses vont comme elles vont,de temps en temps la terre tremble » dit le poète

du haut de la tour Montparnasse, le boulevard du Port Royal qui infléchit sa course vers les Gobelins (spéciale dédicace à l’Employée aux Ecritures, qui déménageait alors par ici)

4 slb #46

 hier était l’anniversaire de la chute de Salvador Allende, la photo avec le casque quand il sort de l’hôtel de ville de Santiago, avais-je vingt ans, mon père avait disparu l’année précédente en avais-je conscience de cette mort-là, de celle de ce héros (Salvador, ce héros), alors commémorer (« en dépit de ces souvenirs qu’on commémore » dit un autre poète – Brassens comme on l’aime)

le manuscrit au Virage (Anne Savelli, spécial dédicace) 

5 slb #46

c’était aussi un samedi, comme cette année (y verrat-on un signe, une magie noire ou blanche, une réalité quelque chose de plus que le passage du temps, du calendrier, instauré changé à la Révolution, oublier Pluviose, Fructose, je ne sais plus), c’est à sept heures qu’à la maison sonnait le téléphone « oui, à trois heures, voilà c’est fini » disait la voix d’une de mes soeurs

le ciel est par dessus le toit (de chez moi un soir d’avril)

6 slb #46

depuis deux ou trois mois, déjà, nous savions, ayant visité le médecin de la rue de R. qui nous disait « quelques semaines tout au plus pour être franc, inutile de poursuivre le traitement, plus de mal que de bien, faire en sorte que ces jours passent heureusement », et ces photos, rien n’est fortuit (tu sais bien, je ne choisis jamais, j’ai un pas, que je garde, pour ces photos, cent, commencer à 7 cette fois-ci, et voilà)

des couleurs bousculées dans le métro parisien

7 slb #46

que pouvais-je faire, j’ai pris l’auto, il était sept heures cinquante, j’ai dit « j’ai peur, j’ai tellement peur », c’est que j’étais seul au monde, quand les parents meurent, les enfants restent seuls au monde, seuls, la voiture, monter au troisième la voir encore à peine tiède, le lit médicalisé, les autres qui hurlent, tout de suite, huit heures et demie, rechercher l’un, marcher dans la rue, devant l’église, l’épicier, les faiseurs de vêtements chics, aller attendrir les autres, parler revenir et retenir ses larmes parce que c’est inutile, viens, on arrête de pleurer, aller chercher au monoprix de l’avenue une bouteille de black and white, préparer, aller trouver, sur l’avenue Rachel, le nécessaire métier

un échafaudage au coin de la rue Vivienne et celle du 4 septembre

8 slb #46

retourner chez elle avec l’une de mes soeurs, tenter de concilier les unes avec l’autre, « bon d’accord je reste » attendre la thanatopractrice (quel métier, oh Lord quel métier…!), jeune femme avenante, la laisser officier, errer dans le jardin, poser ses larmes et ses lunettes de soleil, revenir, attendre, revenir, « voilà c’est fait » un sourire, attendre encore, trouver dans le lavabo l’un de ses outils et lui courir après, la retrouver au coin de l’hôtel

9 slb #46

la statue toujours en or, les excuses, retourner sous les arcades, regarder et se souvenir de son frère

10 slb #46

se souvenir de l’Aiglon qui disait à je ne sais plus qui « lorsque vous verrez la colonne de la Grande Armée, saluez-la de ma part »,  des années précédentes, c’était en soixante seize, se souvenir de son frère, alité dans sa chambre, là, non loin, sa femme et ses enfants morts en auto, la mort toujours rôde donc

11 slb #46

mais ici un hibiscus offert par ma fille qui voulait devenir alors fleuriste, pour mes cinquante neuf ans, je crois, il n’a jamais plus redonné de fleur, non, le pas reste le même, dans les rues chaque jour j’hante le quartier

12 slb #46

je prends le métro et fige mes contemporains, celle-ci boit écoute de la musique et à travers ses lunettes de soleil espère dans le monde

13 slb#46

le fleuve dominé du ciel, les cheminées de la centrale d’Ivry, la nouvelle bibliothèque (jusqu’à quand, nouvelle ?), la piscine elle aussi neuve, au dessus des toits

14 slb #46

« touchez pas au grisbi » surtout et Jeanne (Moreau) et Lino (Ventura) , et Jean (Moncorget dit Gabin), la pochette avantageuse

15 slb #46

Belleville et sa mariée, sa limousine tellement ridicule, on ne s’en soucie même pas, on passe, on avance, le temps avance lui aussi, le voyage de noces, les habits au placard, le ciel bleu et le soleil qui luit

16 slb #46

cette photo date de mai 11, le métro, apparemment, porte bonheur, se souvenir des belles choses (quel titre formidable), j’ai posé sur la platine « Buena Vista Social Club » puisqu’elle aimait cette musique, qu’elle dansait

17 slb #46

ici c’est le jardin de la Villette et son canal,

18 slb #46

ici à nouveau le salon de coiffure et les travaux du faubourg

19 slb #46

une revue de détail, les gens qui devant (à côté, oui) une menthe à l’eau regarde le canal (ici chez « les amis ») et les sorties du cinéma

20 slb #46

escalier en nature morte, métro Jaurès

vivants, toujours vivants, les autres s’en sont allé, que nous importe ? seulement le creux ne se comble pas, les images d’eux restent

21 slb #46

fenêtre dans une fenêtre, intérieur extérieur, il y avait la fenêtre qui donnait sur l’escalier dans l’appartement de L, je me souviens, ne t’inquiète pas, le monde est tel qu’il est, de temps à autre seulement

22 slb #46

 

la terre tremble, les cris et la fureur, le ciel lui-même en devient en émoi, on le regarde, on attend que cesse ce tumulte, on se protège, et si on survit, à nos affaires, on s’essaye encore et encore et encore  à sur le métier remettre son ouvrage

23 slb #46

 

au travail, donc…

Hier, ou alors demain, voilà six ans, elle disparaissait

 

Share

1 Comment

    L’échafaudage, la lumière de La Villette, la fenêtre dans la fenêtre, le mec dans le métro.. Toujours des photos « tirées » au bon moment, et les souvenirs avec.

Laisser un commentaire