Pendant le weekend

Vingt et un trois seize

 

 

(elle est arrivée toute de bleu vêtue, un beau bleu, avec quelques traces de peinture sur l’épaule, ses cheveux désormais roux presque orange foncé, son gentil sourire, sac au dos « si je dois aller m’installer à B., comment tu vas faire ? » je ferai comme il se doit, je serai là, content de la voir)

de la 13 la défense la seine

(passant par le pont allant rejoindre D. et H. pour déjeuner-passage devant la maison de retraite où elles se sont retrouvées toutes les deux -leurs mères- puis retour vers Paris)

de la 13 la défense la seine 2

le monde, les bruits, les cris, les meurtres, les accidents, le brouillard, le vent dans les yeux : croisant le boulevard Voltaire (c’est celui d’Asnières ou Clichy, j’en sais rien), au fond de l’image, cette horreur absolue de tribunal difforme démesuré tellement inutilement grossier, on a l’impression -et là, vu de profil à quatre ou cinq kilomètres- d’une grenouille qui veut se faire grosse comme une vache à lait -l’Etat, les lois, les effets de manche

vu d'asnières le tribunal

Share

3 Comments

    L' »horreur absolue », je pense que ce n’est pas un bâtiment, mais le terrorisme (les juges feront leur boulot, si encore utile, comme ils peuvent)… non ?

  • ah tu vois comme la technique et le « à la va vite » nous tiennent – je ne pense pas qu’il puisse y avoir le moindre rapport -pas le moindre- entre ce geste architectural et celui de Bruxelles… J’ai même tendance à penser que poser les deux actes dans le même plan est légèrement obscène…

  • Désolé d’avoir pris ton expression au pied du bâtiment.

    Quant à « l’obscénité », merci pour le qualificatif.

Laisser un commentaire