Pendant le weekend

Quatre vingt douze / trente et un

 

 

(on s’empêtre un peu dans ces calendriers, mais le nouveau a la grâce d’être plus agréable à lire – même si ces comptes, on sait ce qu’il en est) (il pleut sur la ville, la Seine fera peut-être sa crue comme le Loing s’y prend, dit-on, et on prend le métro, pour y trouver cet être lisant

chinois sac rose métro

j’aime bien le sac – il ne lui appartient guère d’en choisir la couleur comme on sait – il lit un  journal dans la langue idoine – j’aime bien ses chaussures et sa coupe de cheveux -on dirait la mienne – que serais-je ainsi à dix mille kilomètres de chez moi -c’est quoi, « chez moi » je me demande je pose la question, est-ce ce lieu où un sale type balance une grenade dans les pieds de la jeunesse sous prétexte qu’elle est là, et qui la tue ? ou qui flanque une femme contre une rambarde la bouscule la jette à terre ? des compatriotes, c’est ainsi qu’on devrait nommer ces types-là ? Allez arrête va) je m’approche, pour voir

ok plus près chinois sac rose

tu vois la concentration ? (recadré, remis droit le plot du métro accentuer un peu la tiédeur de l’air) je préfère, et de combien, et de si loin, partir avec eux, je préfère ; plus loin, plus tard, tu y croirais au regard caméra

regard caméra

mais en vrai, non, ce n’en est pas un c’est juste un passage, un moment, le type à la casquette qui regarde ce qu’il y a dans le sac de la femme blonde qui va descendre, je ne sais plus -je préfère la vie, quotidienne, je préfère lire des choses qui me font rire (comme cette lettre que je signerais bien des deux mains) ou d’autres, tout aussi réelles, vraies et que je partage : comment ça, nous faire taire et quoi d’autre encore ? Et bien sûr que ça se poursuit. Debout.

 

Share

1 Comment

    Les sacs plastiques, bientôt disparus… Gros progrès : interdiction aux voitures anciennes, avant 1997, de pénétrer dans Paris (on attend le rétablissement de l’octroi).

    Regards dans le métro : j’adore les types qui gardent leurs lunettes de soleil : le néon est le soleil du pauvre.

Laisser un commentaire