Pendant le weekend

Vingt et Un Cent treize

 

(c’est en attendant le montage des pneus que je suis allé voir un peu la librairie, et juste à côté, le mont Fuji qui est au Japon ce que la tour Eiffel est à Paris)

fuji yama

(une merveille semble se réveiller, j’essaye de lire, j’essaye de travailler, bu un verre avec mon pote – un thé, je ne le crois pas -à la terrasse abritée du café des fards, à cette bastille que je n’aime pas – trop de monde, trop de banque de france, trop de tape-à-l’oeil, trop cher, mode, in hype et merdauxcons) Magnifiquement écrits, les diverses poésies qu’a suscitées l’abjecte loi, j’adore

(this one for one of the marvellous thing that live just beside Paris)

uck you places réservées

(je viens de voir que l’avion solaire a décollé de New York city john fitzgerald kennedy Airport pour traverser l’atlantique océan et se poser à Séville taleur -sans doute dans quelques heures) (demain des avions pendant le week-end, donc)

Share

2 Comments

    C’est pas la manif qui déborde, c’est le débordement qui manifeste !
    ou la pensée pour les familles des vitrines…
    oui il y en a des très convenues et pensées, et puis d’autres qui mettent de l’esprit dans la purée où sommes

  • @brigetoun : demain, on marche. En avant. Merci du passage…

Laisser un commentaire