Pendant le weekend

Dix neuf vingt/ deux cent cinq deux cent six

 

Une des marottes de ce support, c’est de constituer des séries (« obsession » disait un abruti -matheux il en faut mais enfin- à lavallière -tu vois qui) alors j’en ai plusieurs : les lions c’en est une; les épiceries alimentaires et générales de nuit; les repaires de sandwichs gréco-turcs (chypriotes, probablement aussi) et d’autres encore mais le problème principal, c’est le compte (comme le mois de mars qui n’en finit pas : je crois que je ne suis pas à jour mais personne n’en sait rien) (Bécaud -je ne l’aime point trop- disait de son oncle « quand on aime on compte pas » c’était dans un de ses tubes à la truc)

lion-des-medicis-ruedu-bac-190-616

ici l’animal est capté (enfin sa représentation) (il est mignon, pas vrai) (doit valoir dans les quinze cents deux mille si tu veux mon avis) dans une vitrine du carré des antiquaires de la rive gauche (oui, ma chère) (c’est le genre des Médicis-je crois bien-il y avait un spécimen dans le journal quand il s’est arrêté la première fois -en mai 8, non, je ne sais plus) (j’avais la velléité de reprendre tous les commentaires pour en faire un truc) (j’ai cessé en 12, ou 13 je ne sais plus) (c’est velléitaire aussi, ce support, mais enfin on travaille et on approfondit) ici donc, #284 probablement (j’ai beau chercher je ne trouve point le quantième) (mais le précédent était de Dublin, si je ne m’abuse-venait de apap) (je peux m’abuser).

Vu TNPPI aujourd’hui,  et aussi son infirmier qui vient chaque jour je crois (elle ne ‘ma rien dit, je l’ai embrassée, elle était recroquevillée sur son lit médicalisé)

roses-19-09-16

Share

2 Comments

    J’aime bien un lion légèrement plus gros : celui de Venise… 🙂

  • (mais il a des ailes…) :-))

Laisser un commentaire