Pendant le weekend

Onze deux cent cinquante cinq

 

 

vite, on est pressés, pas de temps à perdre, les chaussures devant le paillasson

chaussures-paillasson

(le deuxième avait une petite otite, il va mieux, merci) j’ai pris le métro (on devrait me donner un abonnement gratuit, ce syndicat que j’agonis et dont je ne cesse de faire l’étalage)

la-defense-au-loin

au loin la défense érigée (Puteaux, Asnières, la Garenne Colombes j’en passe et des meilleures) il y avait là ce type (je me souviens du dix sept octobre soixante et un quand je passe la Seine à l’ouest)

vieil-homme-au-metro-casquette-canne

j’ai longuement marché sur le boulevard Voltaire, longuement regardé au fond de l’image le nouveau tribunal, les nuages, j’ai retrouvé mes amis, choisi des livres (dont une encyclopédie Larousse dix volumes une merveille, puis « L’écriture ou la vie » de Jorge Semprun, l’un des plus beaux livres du monde, puis d’autres encore), on a déjeuné – buzet, rillettes, canard riz-merci encore – je suis reparti voir TNPPI

roses-1011-16

mon amie, allons, mon amie

roses-10-11-16-2

j’avais un peu plus tôt enregistré le remerciement à Philippe Diaz pas encore en ligne mais ça va venir, et le soir m’en suis allé au séminaire

rue-du-soir-camion-lumiere

j’aime Paris au mois de novembre (même si Léonard Cohen a tiré sa révérence – m’a fait penser à Ziggy qui s’est tiré à la sortie de son dernier disque – même si on manifeste aux us contre l’ignoble réincarnation du pire du siècle dernier, même s’il pleut, si les larmes, les emmerdements, les fuites en avant, le reste et je les oublie, même, j’aime Paris)

Share

4 Comments

    Ces Société, Régie, Syndicat qui nous brinquebalent à longueur de journées, semaines, mois, années… n’ont pas le merci facile : la gare Montparnasse non plus ne m’a jamais offert le moindre billet de train gratuit, pas faute de l’avoir étalée pourtant !

  • @l’Employée aux écritures : en vérité, nous n’attendons rien de ces institutions sinon qu’elles exercent leur fonction (le problème, évidemment, c’est qu’elles ne le font que partiellement, nous abreuvant d’images et de mots dont nous n’avons que faire). Mais merci à vous, Employée, et mon bon souvenir au Montparnasse-Monde

  • Les photos troublent…

  • @Dominique Hasselmann : toi qui entres ici, abandonnes tout espoir de voir le point mis aux photos… (je le déplore parfois, mais ce (ne) sont (que) des impressions virtuelles qui sont déposées ici…). Merci du passage.

Laisser un commentaire