Pendant le weekend

Deux douze deux cent soixante seize

 

 

sapin

je suis content j’ai croisé le général en bas de la rue (enfin, en bas, c’est plutôt au milieu coin Rennes)

rue-dassas-instin

tiens je vais le laisser en grand, ça lui fera les pieds (finalement non, ça dépasse sous la colonne de droite) (c’est la rue où se tient une faculté de droit, en plein Paris, où se sont ennuyés les longuet madelin et consorts de ce wtf syndicat étudiant tant aimé du borgne et de sa fille : mêmes méthodes, même esprit, je lisais un article sur la Hongrie – c’est à ne pas croire – sur le Bulgarie – on a froid aux os, jte jure – et toute cette Europe-là, il ne fait pas bon du tout (par ailleurs, j’ai dans l’idée de produire quelque chose sur les pantoufleurs – un article du diplo m’a bien plu, je vois, je vais dans la maison(s)témoin, je m’y colle) (si j’y arrive, je tente de poster l’article en entier : le lien ne renvoie que vers une partie, désolé) (un peu comme les sorcières) (pas un mot sur nono pas déçu par sa loi travail – ni loi, ni travail : bon débarras)

fenetre-1

lisant tout à l’heure et tout à coup, la beauté du monde

Share

1 Comment

    juste lui dire merci, mais c’est un peu tard

Laisser un commentaire