Pendant le weekend

Quinze seize douze deux cent quatre vingt sept huit

 

 

(saisie quand tu nous tiens, j’ai pas de temps) (été voir quand même « Manchester by the sea » (Kenneth Lonergan, 2016) les héros s’appellent les Chandler – c’est un mélodrame comme on peut aimer) (Affleck le jeune n’en fait pas trop, le rôle est lourd, le film est bien)

sol-chambre-1

je pose des images des sols de la maison d’Eubée, ça rappelle quelques souvenirs, je finis les carnets de voyage de ce voyage -c’est long, l’histoire, et ça fait un peu de bien de revoir ces lieux

marbre-eretria

je veux bien travailler, en même temps mais je préférerai être rétribué pour

marbre-sol-2-eretria

mais non, on attend mais on doit payer la CFE (cotisation – je crois – foncière des entreprises) (raide comme un stick moi)

marbre-sol-eretria

on marche pieds nus, souvent , le matin on va faire un café, il fait doux et bientôt très chaud, tout le monde dort il est six heures

bloque-porte-eretria

(ici le bloque-porte de la salle de bains) j’aime tant me lever tôt le matin en été, je me souviens de la Tunisie, de ces hommes qui allaient se baigner à cinq et demi six, seul en casquette, je me souviens, tant pis, c’est la nuit d’hiver

carnet-10-maison-nuit

(ici, il s’agit de la maison de nuit du coin qu’on a changée en une sorte de résidence merdique étriquée prétentieuse : n’importe)

 

Share

2 Comments

    la vie des sols de faïence ou de pierre ou marbre sous les bandes de lumière.. merci d’offrir ça à mes pieds recroquevillés tout à l’heure sur la terre cuite gelée par la nuit d’hiver

  • photos-souvenirs
    souvenirs-photos

Laisser un commentaire