Pendant le weekend

Vingt six deux cent quatre vingt dix huit

 

 

(on arrive à trois cents, avant la fin de l’année, on est revenu, ça a été) (c’est difficile la vie parfois, tant pis, c’est comme ça aussi – on ne lâche rien, tu comprends) on apprend (via François Bon) (je lis « Envoyée spéciale » de Jean Echenoz, reçu en cadeau après la maison brûlée) (peut bien être chez minuit, on s’en fout) (ça n’a rien à voir mais quand même un peu) et Olivier Hodasava que la librairie José Corti de la rue de Médicis va fermer non seulement changer de nom (elle devient des Editeurs associés) et je suis allé voir, j’ai trouvé ce type-là (Bertrand Fillaudeau, donc) (les images datent de juin 2016 dit le robot, mais les objets semblent toujours aux mêmes places)

jose-corti-1

et cette dame (Fabienne Raphoz, donc à nouveau)

jose-corti-2

ça a l’air de bosser, il semble (je me souviens de l’édition en poche des mémoires du père Corti – ça m’avait fait braire, d’ailleurs – elles étaient dans le couloir, sur l’une des bibliothèques basses – j’ai tout perdu de mes livres, mais j’ai encore la mémoire de leurs emplacements) il y avait aussi une image assez éphémère d’un type en imperméable mastic qui se penche sur la vitrine (un client sans doute), je vais essayer de retrouver ça, c’est à dire qu’au début, on ne sait pas exactement que c’est lui

1jose-corti-7

c’est qu’à peine on le discerne, presque en haut bord cadre à gauche, s’approchant (il n’est pas en imper mais en veste beige, c’est Echenoz qui diffuse, ça)

2jose-corti-8

alors que les gens aux terrasses lisent, discutent, n’importe lui, il choisit

3jose-corti-9

ou consulte, juste, ce qu’il y a là, si ça pouvait intéresser, soldes ou invendus, coinçant son cartable bleu entre ses genoux

jose-corti-3

décadré, de dos

jose-corti-4

trouvera-t-il, on passe

jose-corti-5

lui cherche probablement toujours

jose-corti-6

le truc avec les clients, en même temps, c’est qu’ils ne savent pas très bien ce qu’ils veulent

jose-corti-10

prenez votre temps, j’ai tout le mien et le destin l’a happé

jose-corti-11

on s’en va, le temps aussi…

Share

2 Comments

    mais il a trouvé, au moins le plaisir de fouiller

  • @brigetoun : oui, ça a bien l’air d’être son genre… Espérons qu’il pourra continuer ici en tout cas… merci du passage

Laisser un commentaire