Pendant le weekend

29 3 Trois cent quatre vingt quatorze

 

 

(je suis assez content : il fait beau, j’ai vu un beau film, je dors mal cependant n’importe) le matin, on avait l’aiR Nu (assemblée ordinaire) où on a décidé de foncer (j’adore), puis on a bossé (saisie-saisie-saisie) on a arrêté pour lire (y’a Venise (National Geographic, un peu merdique mais plein d’informations-sans doute pas rares, mais je suis novice en cette matière -comme en pléthore d’autres, mes lacunes sont incommensurables…), y’a aussi « Oil, petite anthropologie de l’or noir » (Alain Gras, Editions B2 – 15 euros illustré noir et blanc mais foutre quand même), il y a « Confiteor » (Jaume Cabré, actes sud poche) une merveille (où j’ai appris le J’asq du jour)) puis on est allé au cinéma, on est passé de l’avenue Jean Jaurès

(hier, il s’est mis à pleuvoir, puis ça s’est remis au beau)

(la philharmonie de Paris, à la porte)

et le soleil sur la rue (ici l’avenue Jean Lolive -aka nationale 3 – salon Coif’moi pour l’invent’hair) c’est à Pantin, ciné 104 bien belle salle, »The lost city of Z » (James Gray, 2016) est un film d’aventures comme on les aime (le titre est nul, mais ça ne fait rien, faut pas se laisser perturber) (acteurs sensibles et image (Darius Khondji, excusez du peu) magnifique, musique tellement suggestive, scénario (peut-être un peu long… mais d’acier) : on est transporté entre Tintin et Barry Lyndon (Stanley, 1975) une vraie merveille) (enfin ça m’a plu) et puis mercredi est arrivé

J’asq 21. 9 symphonies pour Ludwig van Beethoveen, 42 pour Wolfgang Amadeus Mozart et 107 pour Franz Joseph Haydn : les artistes sont prolifiques.

Les tenants de la fille du borgne sont en procès à Amiens, et encore une bavure (en passant hier soir en 48 coin Manin Crimée, une dizaine de cars de police garés pour protéger le commissariat : la police a encore tué, à ce qu’il semble…) (on pense encore à Théo D., à Adama Traoré, à Romain D. et à tant et tant d’autres… quelle misère…)

Share

3 Comments

    Je suis étonné que tu n’aies pas accolé à ta photo de la Philharmonie quelques adjectifs péjoratifs dont tu as le secret…

    J’y suis allé encore récemment pour le 40e anniversaire de l’Ensemble Intercontemporain : bâtiment solide, salle immense et magnifique… et puis l’orchestre jouant le merveilleux « sur Incises » de Boulez…

    La musique nous fait oublier cette campagne électorales où Valls est bien le traître que l’on attendait dans le programme.

  • et le plaisir de la vie parisienne même à distance…

  • @brigetoun :tant mieux…
    @Dominique Hasselmann : il m’a semblé que la photo se suffisait à elle-même… :°)
    Merci à vous deux

Laisser un commentaire