Pendant le weekend

Un Quatre Trois Cent Quatre Vingt Seize

(pas envie de rigoler)

(je dois aller travailler)

(j’y vais)

hier soir au cinéma en avant première (j’ai vaguement le sentiment d’être -un peu-instrumentalisé, mais comme ça se passe aussi dans un autre compartiment du jeu, je me dis que c’est un fantasme récurrent, je l’ignore ou le balaye d’un revers)

magnifique histoire dédiée à la liberté (je ne sais pas quand il sort – si, c’est le 12 avril 2017) réalisé par une palestinienne (Maysaloun Hamoud) dont c’est le premier long métrage, produit par un israëlien (Shlomi Elkabetz – qui est aussi réalisateur) et une française (Sandrine Brauer -Elzévir & Cie – En compagnie des lamas) (ils travaillent ensemble ont déjà produit/réalisé « Le procès de Viviane Amsalem » – en 2014 – avec Ronit Elkabetz (magnifique dans le procès), la soeur à Shlomit) (elle a produit « Tous au Larzac« en 2011) (Sandrine, pas Ronit) (on s’y perd ? naaaaan) en tout cas à ne pas manquer, c’est certain.

On en reparlera sans doute dans la maison(s)témoin (j’espère je pense mais je crains qu’elle ne soit que rarement visitée, et c’est bien dommage – un seul clampin à alimenter ce lieu géographique et illusoire, c’est trop peu – on fait ce qu’on peut, tant pis).

J’ai fait un bon bout de montage (merci), j’ai essayé de survivre (commenté le poème express du jour) (j’ai manqué la prestation de l’ami Lucien à la maison rouge le 30 merdalafin…) (heureusement Giovanni Merloni y fut -merci à lui), vu mon ami le Chasse-Clou, puis mon frangin (merci pour le café) , passé par le passage du Prado, continué à marcher je ne sais plus exactement jusqu’où, en passant par la gare, mais j’ai quand même réussi à attraper une image de Chris Marker (ça me plait) (et son chat – dédié à Luna donc)

J’asq 22. Chris Marker (alias Christian Bouche-Villeneuve, né et mort un 29 juillet) avait au poignet une montre-espion qui était aussi (je crois) un appareil-photo avec lequel il paparazzait dans le métro.

Share

3 Comments

    Eh oui, il y a des privilégiés (pour Lucien Suel, c’est bête, je n’avais pas noté la date de son passage à Paris…) !

    Chris Marker : tu m’as fait repenser à son film Le fond de l’air est rouge (ce qui n’est pas le cas ici en France !!!), il manque cruellement de cinéastes engagés, dans ce pays qui vire à droite toute.

    Le café est toujours délicieux au « Carillon »… 😉

  • et comme Lucien Suel nous y avait incité je suis allée voir votre commentaire
    le titre du film, l’équipe, à première vue une envie (mais qui risque fort de rester platonique)

  • @brigetoun & Dominique Hasselmann: merci de votre présence. Toutes mes amitiés.

Laisser un commentaire