Pendant le weekend

Six sept cent trente (an II)

 

 

(l’avantage c’est qu’on n’a pas non plus à trop chercher de titre) en passant par le Louvre

l’arc de triomphe du Carrousel, c’est sans doute un César qui vous salue, on pense au quadrige de l’entrée de la basilique Saint-Marc, café avec le frangin

métro bondé incident en chaîne chaleur et le soir au cinéma (inutile, sans point, sans image, sans scénario, sans charme : un type n’aime pas la ville dans laquelle il vit, il nous la montre, laide et peuplée d’abruti(e)s : bof) « Les derniers jours d’une ville » (Tamer el Said, 2016) au ciné 104 à Pantin (salle très recommandable mais l’exploitant est sans doute tenu d’exploiter) en sortant récompense

sur l’avenue d’Allemagne (ex) ce resto turk. On n’y fut point (d’ailleurs, en ces officines, on n’y entre point).

Entretemps liquidation, urssaf et retraite, rendez-vous comptes et chèques à établir, assemblée générale l’aiR Nu au Maryland (je dois penser à mme Croquelois, elle vient elle arrive) chaleur, sueurs, travail.

J’asq 43. le groupe Etoile cinéma voit sa proposition annulée par le tribunal administratif – requalification de la station électrique de l’avenue Parmentier en complexe cinémas 5 salles sans caisse – tout au smartphone recherche/innovation/start-up ad nauseam : quelque chose comme le tropisme de cette municipalité (cadre abscons : « réinventer Paris »).

 

Share

4 Comments

    @ PCH : Si tu lis attentivement l’article du « Monde » que tu as mis en lien, tu verras que c’est une association d’habitants de l’avenue Parmentier (11e) qui s’oppose à la transformation de ce lieu en cinq cinémas (une bonne nouvelle, pourtant !) et que ce projet était soutenu par la municipalité qui ne faisait, en l’occurrence, aucun « tropisme » (ce qui aurait été triste) mais montrait son ouverture dans une perspective culturelle.

    La « gentrification » me semble être plutôt du côté de ces « riverains » préférant rester dans « l’entre-soi » et ne voir rien changer ni évoluer dans leur quartier et leurs appartements de nantis.

    J’espère que le recours déposé sera suivi d’un effet positif : pour une fois, on ne serait pas obligés d’aller (tu les as suffisamment critiqués) dans un MK2 à Beaubourg ou à La Villette !

  • nos conservatismes (lutter contre, même quand sont en nous)

  • enfin pas pour le culte du changement mais parfois ça améliore vraiment

  • @Dominique Hasselamnn : je ne vois pas en quoi ce serait une bonne nouvelle justement que l’ouverture d’un cinéma où on est obligé de posséder un smartphone pour entrer (je sais lire, merci bien) : l’association d’habitants n’a pas été écoutée par la municipalité car cette municipalité n’écoute jamais les associations d’habitants, trop préoccupée de donner à cette ville une stature mondiale inutilement prétentieuse (voir les jeux olympiques ou autres joyeusetés qui se préparent) . Nous verrons ce qu’il en sera lorsque l’appel sera jugé. Merci du passage.
    @brigetoun : changer pour changer, ça a quand même quelque chose d’un peu grossier, je crois… Merci du passage

Laisser un commentaire