Pendant le weekend

Vingt deux huit cinq cent quarante

 

 

un homme bras tendus dans le parc (le temps était au gris, mais le flou n’est pas seulement dû au manque de lumière) (Paris au mois d’août : quelques autochtones sont revenus – mais pas tous, Dieu merci comme disait ma grand-mère)

un peu moins un peu plus

puis je me suis rendu compte avec une sorte de plaisir mêlé d’effroi que le robot était passé dans les rues de Tunis et de Carthage

ici la maison (autofiction) où se déroulèrent les premières années de ma vie (l’effroi vient de la vision des arbres, si nombreux, de la dimension du portail (sans doute a-t-il été changé, je le pensais bien plus élevé, etc.)

Au mail, des nouvelles de l’Air Nu (magnifiques, bientôt en ligne)

Déjeuner avec D. discussion Venise, Lisbonne et autres joyeusetés (pizza vin rouge), retour vers l’intra-muros, le métro tranquillement, puis un verre avec E. et M. à la terrasse du « Sarah Bernhardt » où on ne s’entend pas quand même, puis cinéma (désolé pour le flou, à nouveau : il n’y a guère que le robot pour faire le point ici) le cliché de B2TS (en passant, même pas un regard : comme le public est distrait…) (dans le reflet, les fenêtres du quai)

au ciné « Une vie violente » (Thierry de Peretti, 2017) vendetta, omerta, tragédie : comment la prison permet aux hommes de devenir des meurtriers… A voir.

Share

2 Comments

    J’ai été étonné que le titre d’un livre de Pasolini soit devenu celui d’un film mais il paraît qu’il est bien. Il n’y aurait donc pas que des incendies en Corse !

    Cela doit faire drôle de retrouver sur Internet la photo d’une maison tunisienne où tu as vécu…

  • @Dominique Hasselmann : le film (beaucoup de plan-séquence, sans affect) est assez documentaire – mais les acteurs travaillent bien le sujet, notamment la mère du héros : la place assignée aux femme est fort bien illustrée et fait bien comprendre les divers enjeux. Merci du passage.

Laisser un commentaire