Pendant le weekend

B2TS 10

 

B2TS (back to the street) une série pendant le week-end (le dimanche) de photos présentant des photos elles-mêmes collées sur un des murs qui ceint l’hôpital Saint-Louis, rue Bichat.

Continuons cette exploration

difficile de savoir ce qu’il y a dans cette boite en plastique devant le personnage, ce qui appelle un peu c’est ce bonnet de laine, la barbalak c’est d’un genre libertaire les manches retroussées indiquent un travail, peut-être un artiste  dans ses oeuvres

ils sont tout de même quatre, plus deux mannequins, deux assis, quatre debout, les vêtements indiquent la mode, les chaussures bleues du type au centre une certaine désinvolture (le pied droit du personnage central et vêtu de bleu ne repose pas sur la marche) (pour le sourire on repassera peut-être) (il y a une échoppe du même style sur l’avenue Bolivar nommée Rouge Sanguin, je crois bien me souvenir) (l’élégance des noirs – le casque colonial et la cravate rose au deuxième plan, comme quelque chose du Congo Belge – ça n’existe plus – Katanga Patrice Lumumba)

lui ce serait rue Sainte-Marthe (mais le trottoir est trop large), il ne sourit pas non plus – ce sont les chaises jaunes – on pourrait avoir les mêmes sur le balcon, elles sont blanches seulement – les sandales qui marquent le chemin de Saint Jacques de Compostelle peut-être, quelque chose de la marche, dans les mains le smartphone et le clopo qui diffuse sur la barbe

et puis garçon ? fille ? les chaussures peut-être indiquent le travail dans une espèce de restaurant, le parapluie transparent et le côté de circulation de la voiture du fond entraînent peut-être vers Londres, ou quelque chose de ce type mais on aime le sourire en tout cas (la pluie fait aussi tropicale Singapour ou quelque chose)

et l’élégance des couleurs (même si l’arrière plan aide à la composition)ce sont les ttrois jaunes verts des chaussures, du pantalon, du sac, le collier ton sur ton sur le foulard, la veste et le chapeau, le blanc de la chemise, quelque chose de la timidité dans ces jambes croisées, pas de montre, lunettes noires, et le presque sourire…

Bon dimanche.

Share

3 Comments

    pour le premier peut-être un rapport avec le graphe
    l’élégance des seconds et du dernier
    etc… avoir oui envie de les deviner un peu… comme parfois dans le métro
    (des soirs où je décidais de choisir une tête dans ceux qui montaient à chaque station)

  • la « sape » du dernier fait plaisir à voir…

  • @brigetoun : on pense à votre contribution au #6 de l’atelier…
    @Dominique Hasselmann : il y en a d’autres aussi notamment les derniers, tu verras…

Laisser un commentaire