Pendant le weekend

Dix sept neuf cinq cent soixante sept

 

belle histoire de problème de maths, l’intelligence des éducateurs sans doute par l’exemple :

la maison d’édition se targue de transdisciplinarité, c’est beau comme de l’antique mais ça fait froid aux os (merci à Arnaud Maïsetti) :

(addenda du 17/09/17 :le manuel en question est retiré de la vente)(ce qui n’est pas dommage)

il y avait cette chanson magnifique,exactement, c’est ça la France ou encore celle-ci… tu l’aimes ou tu la quittes disait je ne sais plus quelle ordure, il fait pas si beau, finalement, ça glose dans le poste, il y a le micron qui donne des leçons d’histoire, on a voté pour lui (putain!) on n’a plus qu’à se mordre les doigts ? Plutôt non, et résister (d’accord, mais on sait comment faire ? des batailles de chiffres, on se retrouve le 23 ? les fainéants ? les cyniques ? les extrêmes ?) (wtf) (on vieillit, hein, et les articulations, dans le froid, c’est pas la joie) (dure dure la vie) (la bocca del leone j’en ai presque fini) (je poserai bien quelque chose de différent ici : je me demande parfois si je ne devrais pas aussi poser les chroniques de la Villette ici aussi un de ces jours)

Trouvé cette image dans cette toile

(Chris Marker, auto-portrait au chat dit-on) on sait comme il l’aimait d’ailleurs (ne me lasserait pas de poser ce lien) (il y en a pour une  plombe, mais Paris…) (une merveille) (je fais tourner assez souvent aussi les notes de Georges Delerue, composées pour Le Mépris (Jean Luc Godard, 1963)

au cinéma A Caimbra (Jonas Carpignano, 2017) qui flirte avec le racisme (trop manichéen sans doute, démonstratif on l’espère, mais deuxième film…) (la condition humaine chez les hommes, les vrais…) (dur dur) (deuxième film d’une trilogie, le premier Mediterranea (2015) on cherchera à le voir)

Alim géné : contribution du boulevard Sérurier (Paris 19)

Retrouvé celle du robot qui n’est pas mal non plus

Share

3 Comments

    bon remonte pas le moral (sauf que la réaction à cet exercice a été assez forte.. tout espoir n’est pas perdu)

  • Les problèmes de migrants, nul doute que notre Collomb national trouve les frégates, caravelles et canots pneumatiques, pour les renvoyer d’où ils viennent, toute honte bue, afin que la paix intérieure règne et ne soit pas massacrée par ce cyclone imprévisible lui aussi….

    D’autant que tous ces gens-là parlent des « patois » incompréhensibles et ignorent totalement une des « ordonnances » (celle de Villers-Cotterêts) qui régit la langue française – mais ne l’imposait pas partout comme l’a proclamé un responsable étatique mal briefé et en berne de quelques infos sur les magistrats et les curés sous le règne de François 1er (il est vrai qu’il préfère Napoléon Bonaparte).

  • @brigetoun : ça a eu un certain effet quand même… merci du passage
    @Dominique Hasselmann : très en forme dis donc…! (que de jeux de mots) (notre jupiter au (tout) petit pied est pathétique… merci du passage

Laisser un commentaire