Pendant le weekend

MD & C 9

MD & C (Melville, Delon & Co)  est un feuilleton pendant le week-end librement inspiré du blog nourri par Yannick Vallet, lequel prévoyait de remonter en octobre la route empruntée par Corey dans le début du film « Le Cercle Rouge ». 

Aujourd’hui deux lieux (j’ai passé sous silence l’un d’entre eux – mais je suis coutumier du fait : par exemple pas plus tard qu’hier j’ai complètement omis d’aller à une réunion de travail, j’étais dans les vapes, discutant là ici ou ailleurs, une vraie catastrophe) donc revenons à nos moutons comme disait ma grand-mère : le coin Carnot Tilsitt dans le dix sept, pour « Un flic » : à ce coin, le bon goût français comme on aime (celui qui gagne, donc)

si on se tourne vers la droite

l’arc de Triomphe (qui devait être un éléphant – quel dommage que ça ne se soit pas fait) sur la place de l’Etoile domine (cette place – Ah Modiano – qui servait de point commun à un vase communicant avec le Chasse-Clou d’alors) l’avenue. Si on se tourne vers les années précédentes, avril 2014

puis mai 2014

puis juillet

finis… L’avenue descend vers les Ternes (joli nom pour un quartier, avoue)

etsur la droite là un hôtel (110e la nuit) (ah Modiano…)

(la plaque dit « Louis Aragon poète français 1897-1982 habita cet hôtel propriété de sa mère de 1899 à 1904). On voit (entre deux et 7 ans donc)…

 

Pour l’autre lieu, c’est au fond du 19, près de la porte des Lilas, l’impasse des Rigaunes (métro Télégraphe) (16 mètres sur 5) mais pour « Le Samouraï » (une rigaune est une espèce de conduit qui draine un aqueduc, en l’espèce celui de Belleville qui passait tout à côté)

qui donne dans la rue du Docteur Potain

entre le 10 (l’ex-hôtel d’où la flicaille observe les agissements de Costello)  et le 10 bis (où il habite)

un coin assez déprimant, même avec ce soleil, où on a le sentiment que rien, jamais, ne se passera…

 

La suite au prochain numéro

Share

3 Comments

    Dans l’impasse des Rigaunes, quelques ribaudes passent la nuit…

  • les Ternes le quartier de mes grands-parents où j’ai habité à mon coeur défendant en profond ennui…. à part le Mac Mahon proche… m’enfuyais

  • @brigetoun : il porte bien son nom… bon dimanche
    @Dominique Hasselmann : oui, tu me fais souvenir de cette chanson (comme on est porte des Lilas, c’est raccord) de l’ami Georges B. « Le Moyennageux »… Merci du passage

Laisser un commentaire