Pendant le weekend

10 février 713

 

 

(les enfants qui dorment dans la rue, les adultes, les vieillards, dans cette ville-là, Lumière, j’entendais hier l’ex-maire qui discourait un peu fat – cinq demi-heures, à voix nue je crois -, et cette tour triangle, et ce bouquet obscène, et ces vélos à louer ces voitures du même tonneau, cette neige, ce dégel, la promesse du roi des dieux aux si petits pieds, tout ça, l’Etat, non vraiment non) reçue par la poste cette image-là (due au robot il semble, ou à quelque opérateur) déjà posée je crois bien (merci, trop d’honneurs)

paysage de la première enfance, on ne s’en rendait pas compte alors, la beauté des lieux, « c’était à Megara faubourg de Carthage » (gauche cadre, à bout de l’image : le Boukornine, à ses pieds Hamam Life, et entre ce mont et cette plage Crétiville – alors on oublie tout, les diverses frasques, les horreurs et les blessures, les ignominies distillées et les faux pas, les actes réussis, les déclarations, les renoncements, tout ça c’est fini, il suffit d’une photo et voilà que tout s’envole) (wtf) au ciel alors passaient les aéronefs

celle-ci avec ces cierges c’est pour TNPPI, elle qui avait cette espèce de foi, ses fleurs me manquent tu vois, on oublie tout, laisse aller, va laisse et va travailler (la sixième peut-être, Georges Sand (« La mare au diable ») et Gustave Flaubert (« Salammbô ») et dans le même esprit (?) « Le Grand Meaulnes », quelque chose de la France mêlée à cette culture, années soixante, l’année précédente, dans le même bâtiment, le type instituteur « tu te prends pour un ministre ? » et puis et puis – la livraison des boulets par charrette tirée par un cheval, les congères, le vent qui cisaille)

Des nouvelles du front : le Chasse-Clou revient (!) – Paul Newman dans « La couleur de l’argent » (Martin Scorcese, 1986): « I’m back ! »

en dvd pour l’anglais (un « fuck » tous les trois ou quatre mots: réjouissant) « The big Lebowski » (aka The Dude) (Joel Coen, 1998)

 

Share

2 Comments

    et les sous à trous qui n’axaient plus de valeur, comme les tickets de rationnement et qui nous servaient à jouer à la marchande, et puis les petits bidons pour acheter du lait et les pains de glace sous serpillère que le marchand débitait parce que de réfrigérateur n’en avions pas, il a fallu deux ans de père en Indochine pour cela..
    et oui le pays d’enfance était beau (le mien aussi plus proche mais qui avait encore une grâce déglinguée par endroit et de grandes propriétés à pinède bordant le sentier des douaniers (maintenant loties et bordées par une route à quatre voies)
    quant à ce que font de l’Etat et de l’âme du pays les nouveaux barbares dorés sur tranche… pleurons en silence
    Mais oui le Chasse clou en brefs passages et sagesse et oui the big Lebowski (en souvenir seulement)
    bonjour et merci pour ce moment 🙂

  • Ah, ce Big Lebowski, le revoir encore (j’ai le DVD inusable), et charme réchauffant de la première photo comme sortie d’un rêve…

Laisser un commentaire