Pendant le weekend

23 février 725

centrales 2

(quelle merveille, à chacune de ses nominations, que l’occupation de ce poste par un des affidés : de si longtemps qu’on l’envisage (sinon Pierre Joxe) il a été occupé par des individus mâles (exceptée MAM, l’amie chère du président Ben Ali, tu te souviens) et fiers de l’être, attitude toute de rigueur et de discipline, d’ordre et de règlements; ils se retrouvent dans des situations terriblement ardues, et s’en sortent généralement par la force – c’est beau ainsi que de l’antique : prenez l’évacuation de ce petit bois près de Bure, ça y a été, fonce Alphonse, on ne parle plus que de ça, c’est gagné – s’il n’y avait encore que peu de zad, elle grossit. Merci qui ? on ne se plaint pas, non, mais on pense à Sivens par exemple, Remi Fraisse n’est pas oublié, non plus que les autres mortels qui eurent la malchance de s’opposer à la vindicte de l’ordre…) On continue avec Civaux

il faut noter la proximité de ces sites avec les divers fleuves ou rivières que compte notre belle nation

pour cette centrale de Civaux, c’est la Vienne (c’est un affluent du Rhône), vue du sol

non mais ça a de la gueule, pas vrai ? fait beau en tout cas (mais vraiment froid – la semaine prochaine c’est pire dit la vulgate) puis viendra Chooz – la frontière avec la Belgique se trouve à quelques kilomètres, et le fleuve est la Meuse

l’image est pixellisée, une seule tour de refroidissement est en fonction, sans doute cette tranche (comme ils disent) se trouve-t-elle à l’arrêt pour il y a un terme pour ça, mais je l’oublie (ne me vient que le service après-vente mais non, la maintenance et l’entretien, ou le changement des barres (les crayons) d’uranium et la production des déchets)

(image due à (c)Samir Makran coupée cadrée contrastée par mes soins), un site industriel – qu’est-ce qu’on attend pour privatiser tout ça ? ça ferait des sous au budget de l’Etat micron et ça débarrasserait des soucis (laissons-les au »privé » comme les chemins de fer britanniques l’ont été) : on note ici assez bien la technique mise en oeuvre, notamment ce petit dessin

quelques éléments appris en première je suppose (lorsqu’on usait nos culottes sur les bancs, d’autres étudiaient et élaboraient ces plans) (un peu de pédagogie n’est-ce pas)

 

Rien au journal, mais cet animal sur une musique écoutée du regretté GianMaria Testa (c’est aussi que, parfois, souvent, les roses de TNPPI tout comme elle – mais au vrai, je m’étais habitué à son espèce d’absence – me manquent)

la vie est belle (on peut le répéter, ça tente de nous le faire croire) : à quatre mains, ça avance, pour le reste, en lecture « L’opéra de Vigàta » (Andrea Camilleri, traduction de Serge Quadruppani, points Seuil)

Share

3 Comments

    ben oui les fleuves pour la source froide… point faible d’ailleurs, quoique détourner un fleuve ça ne se fait pas discrètement et rapidement
    et pour Bure c’est encore loin d’être décidé (je tente l’optimisme)

  • Avec ton recensement vu du ciel des centrales nucléaires françaises, il faudrait aussi ajouter les treize réacteurs nucléaires équipant les sous-marins et « le » porte-avions de la Marine française… (photos prises sous l’eau ?).

    À propos de photo fort à propos, celle de Nicolas Hulot près du bois joli de Bure : amusant !!! 🙂

  • @birgetoun : oui le fleuve dissémine aussi, n’est-ce pas…
    @Dominique Hasselmann : pour le recensement ce serait un challenge redoutable…!! (quant à l’imbécile heureux, sept autos marocain éthique aux orties, cette image vaut autant pour lui que pour ce gouvernement de maçon) (pouah!)

Laisser un commentaire