Pendant le weekend

28 Mars 758

 

(saisir quelle affaire) (ah depuis le temps…) la pluie, quelle catastrophe sauf pour les jardins… j’essaye les photos, je fatigue si tu savais…

je ne sais si je pourrais récupérer ces images, n’importe… entendu cette horreur, à nouveau, comme l’année dernière, de cette vieille femme, Mireille, poignardée à son domicile de l’avenue Philippe Auguste, comment voulez-vous que les idées soient heureuses ? passer par le métro (j’ai écrit le texte, je ne sais pas si j’illustre par la vitesse comme demandé, ou par des gens comme je préfèrerais – on va voir si j’en retrouve)

déjeuner avec mon ami libraire (il s’est mis végétarien, dis donc) on se marre bien, il y a comme du soleil qui revient – il est cinq heures, c’est mardi, je dors mal il me dit que c’est à cause de la lune, je lui montre mon front, c’est là que ça se passe… je pose Antonio Zambujo et son Guia, et que le temps s’en aille j’en ai ma claque

 

route, 30 mars 2008, 22:06

la pluie, les voitures, le brouillard, et cette chanson « la lune se taisait comme vous vous taisiez… » retour la pluie, la nuit, le brouillard

Share

1 Comment

    la sidération pour cette vieille femme de mon ancien quartier
    et mon admiration pour vos participations aux ateliers (n’y arrive pas)

Laisser un commentaire