Pendant le weekend

3 mai 794

 

(cortisone quand tu nous tiens… – 45 euros quand même, trois mois de traitement, merci qui ?) (OSEF probablement – paraît qu’il faut se rincer la bouche après inhalation sinon, c’est muguet pratiquement garanti – c’est beau, les effets secondaires) (saisie en cours en même temps) (lecture finie – faut voir…) (le plan velib concession changée par appel d’offre inique se retourne contre l’édile et son équipe : d’ici à ce qu’un « ténor » (ou une) de la droite passe par l’hôtel de ville de la plus belle ville du monde, il n’y a pas des kilomètres…) passage d’un bulgare jaune

faire avancer le truc, rien de simple – vivement les vacances ? – hier soir en passant par Pigalle (et dire qu’il y en a qui sont à Palerme, jte jure…)

au ciné La révolution silencieuse (Lars Kraume, 2018) sympathique un peu tragique (avant la construction du mur de la honte comme on disait, une classe entière de terminale est exclue d’un lycée RDA pour une minute de silence (en fait 2) « en signe de protestation » contre l’entrée des chars russes en Hongrie, et la destitution de Imre Nagy – exécuté deux ans plus tard…) (un peu lourd dans la volonté de faire en sorte qu’on sache bien que l’action se déroule en 1956 – radios voitures menus etc… enfin, restons crédibles hein) (Jonas Dassier – le premier rôle, Théo – vraiment bien) (après La mort de Staline vu dimanche, on nage en plein communisme flamboyant…)

 

  • 6. lundi, 6 mai 2008, 08:23

    bizarre comme on oublie si facilement de contribuer au petit journal quand les souvenirs des lectures des autres sont si semblables aux siens et que les jours passent

Share

Laisser un commentaire