Pendant le weekend

31 mai 822

 

 

je m’essouffle (il me faut effectuer des eu-eff-air, examens fonctionnels respiratoires peut-être bien, comme j’inhale de la cortisone, je m’arrondis, je n’en éprouve pas de mieux être, je m’en fiche en vérité mais monter les marches du métro j’évite et courir est aboli – depuis un moment en réalité – et pour le reste je suis) (cette manière de suivre est un peu assommante mais je suis – préparation du sur les pas 3, dico fin, minute pour Anne Savelli dont voici l’illustration

mener à bien ces chantiers – Lucien Suel revient, tandis que j’ai vaguement instauré une réponse aux images d’Olivier Hodasava sur facebook, une espèce de contre-don sans doute une compagnie dans la conversation que je n’aime pas esseulée – ici une image trouvée au mur de la clinique où on a fait escale il y a quelques jours

c’est à Alger, sur les hauteurs de la ville, une espèce de mise en scène très cadrée qui fait penser à Pépé le Moko (Julien Duvivier, 1937) je fais ce que je peux – une récapitulation de ces images-là est en projet) et comme il faut bosser paraît-il (il paraît, c’est certain, et il fait plus que paraître) j’y vais (j’amoncelle aussi des notes idées documents sur Moro – le livre de Sciascia est juste magnifique –

ça c’est via Montalcini, dans la prison du peuple… il y a quarante ans – sacrifié, et les brigades rouges manipulées – l’humanité, la trahison, les pouvoirs…- dans un de ces immeubles

) en métro. On n’y cesse de croiser des gens fatigués

 

4. Lille, 29 mai 2008, 21:06

Tribunal, justice, c’est carrément écoeurant ; j’ai cru lire dans les arrêtés que le type avait conclu son mariage « sous l’empire d’une erreur objective », on cauchemarde ou quoi ? vraiment si ce n’était pas si répugnant, on pourrait rire d’un tel ridicule. Nul doute que la garde des sceaux approuve, cependant… Pfff

 

Share

2 Comments

    on cauchemarde

  • Madame Belloubet fait ce qu’elle peut (c’est tout dire)…

Laisser un commentaire