Pendant le weekend

13 juillet 865

 

douceur du canal (écluses etc. lu « à l’encre rouge » (Michel Quint, Rivages), pas si mal) (OSEF en vrai mais tant pis, on lit, on passe, on va travailler)

on passe d’ici à là (New-York, avec ses publicités ravageuses, la pléthore, l’image de la femme et tout ce qui va avec…)

il faut dire que le président de ce pays a une certaine ampleur : on le voit ici avec ses acolytes (un dictateur qui flanque des milliers de personnes en prison, pour délit d’opinion (elles mourront ? et alors ?); un premier de cordée pognon de dingue piscine et charmante compagnie)  (entendu dire que son ministre des comptes publics programmait des licenciements de l’ordre de vingt mille dans la fonction publique : ça dit quelque chose ?) les sourires magnifiques de ces gens-là (n’importe « on est en finale ») : organisation du traité de l’Atlantique nord

il vaut sans doute mieux essayer d’écrire – travailler et honnir haïr agonir ces gens en bleu, ce pouvoir ignoble et ces sourires hypocrites – j’espère au moins qu’il a emmené bobonne avec lui – magique la musique au bord de l’eau, en sortant du turbin

bon week-end surtout.

 

12. trop en vue, 15 juillet 2008, 07:41

le livre, les enquêtes, Nanterre et ma mère « ils me font tous chier… », les pétards, les militaires les avions, la mort, le rendez-vous de juillet, au milieu, 18 jours, le boulot, l’ensemble et la fatigue même le matin

Share

2 Comments

    avais décidé de me couper d’internet là ce matin… mais bien fait de passer au moins chez vous ne serait-ce que pour ce musicien (me fait penser à mon pêcheur solitaire dans la nuit l’autre soir à côté de l’excitation des amateurs de foot – des sages à imiter

  • @brigetoun : merci du passage (bonne fête…!(?))

Laisser un commentaire