Pendant le weekend

16 juillet 868

 

 

N’en rien vouloir dire (mais où est le pain ?) sauf cette image qui illustre la dignité de la fonction

(dieu merci – comme disait ma grand’mère – bobonne est là, dans un style et une hexis moins démonstrative) (à gerber) (ça se sait photographié, en même temps – comme ça aime à dire) liesses et grand pavois dans les rues de la capitale (du pays champion) du monde (de football) (après ses embrassades hardies à l’organisation du traité de l’Atlantique nord avec le dictateur (turc) et le peroxydé, micron est allé saluer l’ex-kgb : une diplomatie formidable, tandis que dans les geôles de Poutine périssent ses opposants – dont le cinéaste, gréviste de la faim depuis plus de cinquante jours Oleg Sentsov qui meurt

 

au cinéma : Une année polaire (Samuel Collardey, 2017) sympathique (assez – trop –  documentaire mais n’importe, sympathique et engagé) (on avait apprécié – nettement plus – le « Tempête » (2016) qui employait – je crois, je me renseigne – le même dispositif d’acteurs dans leurs propres rôles fictionnarisés (disons)).

 

7. rues, 16 juillet 2008, 19:05

jeansson de sailly, rue de la pompe strada del pompa sûrement, les beaux quartiers, la mairie le 16, j’aime pas, le type pèse au moins cent vingt kilos, quand il me serre la main, j’ai l’impression d’un étau, très gentil par ailleurs, je suis resté courtoits, allez savoir pourquoi, puis Trocadéro, pierre premier de serbie la boétie à gerber, les beaux quartiers à gerber, Nanterre ma mère dort, retour à 6heures rer a bondé comme un oeuf, au bas de la rue de belleville, un camion porte-conteneur a attrapé une cycliste, femme enceinte, les flics, les gens, le monde les sifflets, la ville
merdalors

Share

2 Comments

    oublier cette photo (pourrait le couler en bronze pour mettre à côté d’une reproduction du discobole 🙂
    mais finalement être contente de la joie de ces gars rencontrés hier qui étaient contents de gueuler sans se faire d’illusion (puisque n’avais finalement pas le rodéo de voitures autour de moi) ceci avant d’éventuels débordements (parce qu’ont pas beaucoup de raisons de se réjouir…)
    quant au quartier en italique le déteste et détestait en un temps où je devais le fréquenter

  • La récupération politique de cet événement sportif était évidente : Macron lui a donné ses lettres de bassesse.

Laisser un commentaire