Pendant le weekend

4 octobre 948

 

C’est aujourd’hui que les Good year (plus de 800 personnes) comme on disait les Conti passent devant les Prudhommes à Amiens et on soutient (voilà plus de dix ans que cette affaire dure, et ce n’est pas fini).

Il n’est pas certain que les rodomontades de l’ex-ministre (le type, debout sur un tapis rouge attend et regarde sa montre : pathétique) et les refus de son supérieur soient du meilleur goût – en fait on s’en fout complètement et on voit bien que dans le monde du pouvoir, rien ne change et les avidités comme les arrogances en sont toujours les moteurs principaux – quarante ans ou soixante dix, quelle différence ? – il y a des images qui circulent, il y a des mots aussi – ceux du peroxydé « nier, nier, nier » quand on parle des turpitudes de son candidat à la cour suprême (ou des siennes) sont parfaitement abjectes, on le savait, on le sait et alors ? rien ne change ? on a de l’espoir quand même

je suis allé placer deux exemplaires du livre sur Venise à la librairie italienne La Tour de Babel, rue du Roi de Sicile sur les conseils de M. et écrit un mot à l’institut italien de Paris, histoire de voir (pas encore de réponse – on peut encore espérer) on aspire au calme, mais la fureur anime le monde (on ira bosser ce week-end quand même et de nuit – blanche)

au cinéma Les fraises sauvages (Ingmar Bergman, 1957) (3 ou 4° vision je ne sais plus) (les rêves sont magnifiques, le passage avec la réalité d’une douceur formidable mais le reste assez, disons, daté) (Victor Sjöström (1879-1960) dans son dernier rôle, ça compte quand même aussi)

Share

2 Comments

    l’homme sur le tapis rouge encaissait avec moins d’élégance (déteste sa politique, lui trouve relativement au cheptel dont fait partie plus de tenue, le X Philippe) que celui qu’il attendait la veille
    bonne chance à Venise
    et oui ils datent les films qu’avons aimés jeunes (mais comme moi aussi…)

  • Une table au bord de la mer avec ce fauteuil et ses « bras » accueillants… quoi demander de plus ?

    (Accordons à Collomb qu’il est rentré à Lyon non par les flots mais en TGV.)

Laisser un commentaire