Pendant le weekend

11 janvier 1048

 

 

tandis que la pétition pour traduire l’auteur des propos d’infamie en justice était en passe d’atteindre les 13 mille signatures (on peut s’adjoindre aux demandeurs sous le lien), je m’en étais allé travailler lorsqu’un cormoran – eh oui, un cormoran… – se posa sur le canal – ni une ni deux, j’attrapai mon appareil, l’ouvris, le mis en position – le volatile plongea – et comme on sait (ou pas) ce type de truc peut rester sous l’eau trente à quarante seconde et nager comme un poisson rapide – j’attendis un peu, pris cette image

sans voir ce garçon, là, qui passe (il passa quand même)… Il en a été de même du cormoran…

C’est ainsi, je regagnai mon bunker – saisir encore et toujours saisir jusqu’à plus soif – puis allant chercher (ça a été le jour des plongeurs invisibles) le casse-dalle réglementaire (jambon/fromage/crudités, 3.5 e) (mayonnaise ? oui, merci), je tombai sur trois autres personnages

le troisième est au bout du fil jaune…

Ce sera tout (j’en ai presque fini, ensuite viendra le moment du repos, de la lecture et de l’administration – que ce monde me fatigue) – entendu dire que ce cher Carlos G. était tombé malade (on lui a interdit de sortir, comme on sait) (va peut-être falloir le rapatrier : le problème c’est qu’il dispose de trois patries (sans compter celle, fiscale, qui abrite ses revenus, mais brisons là : l’homme est malade), alors laquelle choisir ? L’heure est grave…) (il semble que le conseil d’administration de la marque au losange se soit réuni ce soir même à l’heure où j’écris ce billet afin de foutre dehors ce malapris, malpropre, infatué « cost killer » comme il aimait qu’on dise de lui : ah bah que le chemin est court du Capitole à la roche tarpéienne ) (Empereur, ah oui…)

Deux cartes postales envoyées à l’aiR Nu pour sa Nuit de lecture chez François-René le 19 janvier, séminaire, et ce fut tout

Share

2 Comments

    qu’importe le cormoran j’aime beaucoup la première photo

    si j’arrive à sortir il faut que j’essaie de penser à acheter une carte

  • J’admire toujours ces pompiers qui plongent dans le canal, comme à la recherche d’un Nautilus s’étant trompé de route souterraine… 🙂

Laisser un commentaire