Pendant le weekend

14 février 1081

rien – lire seulement (Les motssont des pierres, (chez Nous – Carlo Levi, 1951), travailler, regarder et entendre, écrire et écouter – essayer de survivre quand même – aller et venir, passer, demander sourire écouter faire oui de la tête et noter – travailler – jeunes, vieux, anciens nouveaux – soleil pluie froid et pleurs – dehors – rien

au ciné La Favorite (Yorgos Làntimos, 2018) – on avait échappé à son homard (The Lobster, 2015) et à sa Mise à mort du cerf sacré (2016) dieu merci comme disait ma grand-mère – pourquoi avoir été voir celui-ci ? : les raisons de voir un film sont impénétrables – : on a droit ici à une course de canard, et à des lapins comme s’il en pleuvait – (trio d’actrices – libido exacerbée – milieu royal à gerber) maniéré (recours à l’objectif oeil de poisson à vomir) et (probablement) pervers – grand prix du jury à Venise ? wtf…

Share

2 Comments

    et une exécution en douceur (du film)

  • Vu récemment au ciné « Border » (encensé par toute la critique, des « Cahiers » au « Monde », des « Inrocks » à « Libé »… une pluie d’étoiles sur un faux film de SF ou d’horreur, assez répugnant à mon goût, sans poésie ni esthétique, brut de brutes, le ticket comme passe-port vers la nullité grognonne !

Laisser un commentaire