Pendant le weekend

14 juin 1101

 

 

(il fait jour à cinq heures) Passant après les guichets pour aller vers la porte Jaujard (ça se trouve derrière l’arc de Triomphe), il y avait quatre ou cinq chinois qui hurlaient (des cris d’assassinés) et maîtrisaient à terre une jeune femme (probablement rom) – j’ai vu trois autres filles s’en aller en courant – j’ai vaguement déduit qu’il y avait eu un vol, je connais (plutôt très bien) le quartier… – la patrouille de quatre militaires enmitraillettés passait par là, moi c’est mon chemin que j’ai passé, arrivé par ici

puis par là

(#346 mais ce sont plus des lionnes – on se fout du genre dans la collecte, comme on sait) (côté quai, ce sont des lions qu’on trouverait – les premiers de cette série) j’ai croisé des connaissances qui ont fait semblant de ne pas me connaître (j’adore les relations de travail : du baume au coeur et de l’huile sur le feu (fuck off) et d’autre à qui j’ai peu parlé), j’ai écouté et pris des notes, à une heure j’ai essayé de trouver un sandwich à prix décent (autant dire que dans ces quartiers, c’est quelque chose d’impossible – 4.30 le jambon beurre, ça va encore ?) je suis passé par là

puis par ici

puis par là

rien de spécial (j’avais le sentiment de me retrouver trente ans en arrière – ah la méthodo… – c’était à base de tablettes et de suiveur de regard et de réseau social et de politique culturelle (WTF ?) mais je m’égare) peu importe, on continuera aujourd’hui, sans doute, dans un autre amphi, une autre place (rive gauche, cependant)

Share

2 Comments

    après les guichets traverser le fleuve… mais penser à mettre des biscuits dans sa besace

  • Pour la statue de Jeanne d’Arc, c’est le patriarche de Montretout qui paie ?… 🙂

Laisser un commentaire