Pendant le weekend

lundi 17 juin 1104

 

 

 

écriture pour l’atelier – mais continuer peut-être sur ce plan-là dans un autre contexte : ça parle des sols, il faudrait lire ce qu’en dit l’une des intervenantes (Aldo Moro reste là, il faut essayer, c’est ce que je vais faire sans trop d’espoir ou de talent pour cette fiction-là et ce n’en est pas une justement)

(je crois que c’est elle – Adriana Faranda non, il s’agit de Barbara Balzerini, la compagne de Mario Moretti sur cette image- à côté d’elle, il me semble reconnaître Mario Moretti : anéfé c’est lui – le livre qu’il me faudrait trouver est celui de Anna Laura Braghetti intitulé « Le Prisonnier. 55 jours avec Aldo Moro chez Denoël – on va voir…) – il faudrait s’y mettre (la saisie est là, cependant, tout autant que le terrain qui s’étiole – on attend toujours les conditions favorables : on a encore perdu une semaine – parfois je suis fatigué) – hier trois avis et toute ma gratitude (il est bon d’avoirs des amies) : ici un tricotag dû à Christine J. référencé par le robot

là une image réussie des couleurs d’Avignon (je suppose) dûe à Brigitte C.

et puis sans image un signe vers Lucette D.

au cinéma Parasite (2019, Bong Joon Ho) de l’horrifique (sic) – palmé doré sur la croisette cette année mais en fait du lourd et gros qui tache (l’affiche et l’appel à ne pas divulguer quoi que ce soit du drame bourgeois qui se noue est à pleurer – jte parle même pas du titre) (billet à venir plutôt euphémisant en maison[s]témoin)

 

Share

2 Comments

    une photo ratée d’Avignon (un salut de musiciens je crois)
    et quant à l’atelier le sentiment après avoir commencé à lire que j’aurais dû m’abstenir

  • Belle photo de brigetoun.

    « À te lier » : je préfèrerais cette orthographe-là. 🙂

Laisser un commentaire