Pendant le weekend

Jeudi 25 juillet 1132

 

 

 

cette détestation de ce monde de protections, de précautions, de préventions : c’est à vomir – outre les changements des noms des lignes en numéro (à pleurer), ceux des sièges anti- sdf (abjection), on arrive sur le quai et voilà (caméras de « surveillance » à foison évidemment)

permettre l’automatisation et contrer les grèves par exemple – immondices à plusieurs centaines de millions d’euros : l’augmentation des tarifs ne vient pas de nulle part – après tout, dans les égouts du pouvoir tout va bien, finalement : renvoi d’ascenseur à la tête du centre national du cinéma (et de l’image animée) et bien d’autres mesures ordurières – ça ne fait rien, il fait chaud, c’est l’été – on oublie

heureusement, on a des amis – ça aide à supporter – moi ça me fait pleurer mais ce n’est que la pollution

en dvd Talons aiguilles (Pedro Almodovar, 1991) magnifique (Liv Ullmann et Ingrid Bergman en citation)

Share

1 Comment

    heureusement, il est encre possible; même si pas sage, de s’offrir des évasions intéllectuelles

Laisser un commentaire