Pendant le weekend

B2TS Caulaincourt 3

 

 

 

(ça n’arrivera jamais, ou du moins ne serons-nous pas là pour le voir – c’est dans le voyage de retour que, parfois, ces idées m’assaillent) (début décembre, on s’en ira à Rome et c’est tant mieux) (pour le moment, on revient à Paris – c’est début d’après midi, dimanche – il fait soleil – on va poser « Grimault » sur la platine) (ou alors « hors saison » pour le mot de passe envoyé à madame Célérier) – on va continuer de terminer sa saisie – et on va faire un billet de « retour à la rue » série du dimanche comme on aime (ici les images se trouvaient contre un mur du cimetière où (se) reposent les restes de nombre des miens) – des images de sourires

ces captures de rue – ce signe de chance victoire connivence – ce sourire – cette ombre qui joue : vous verrez tout à l’heure que parfois, elle se prête à la capture – parfois, on manque de précision

(on les a déjà croisés ces deux-là) des sourires quand même présents – des portraits dans la rue

couple d’amis – sourire, surexposition rêve – le monde comme il change se trouve est – suivre et continuer

(j’aime assez le cadre,l’ombre) et beaucoup le sourire, la joie de vivre (juste un petit moment, et ça me suffit) je continue – j’explore je recense je contemple et examine – j’archive –

c’est la chance, directement descendue des ondes, des cieux, des limbes – une image, la pluie ou quelque chose,ce bleu, ce regard – l’un des plus beaux portraits de tous ceux posés ici – la rue

c’est ici que l’ombre du béton se prête à l’image – il fait beau

C’estle soleil.

 

 

 

 

Share

2 Comments

    oh la petite vieille/petite fille de la photo surexposée, son sourire jusque dans les yeux timides

  • Le jeu avec l’ombre (quand il y a du soleil) est un jeu de photographe… Le noir et blanc s’y prêtait peut-être mieux, « jeu » pense parfois… 🙂

Laisser un commentaire