Pendant le weekend

1284 Jeudi 19

 

 

(j’ai fait grève hier, un peu en retard – et en réalité, la vérité vraie c’est que j’ai travaillé à récupérer mon retard – un passage pour aller rendre le dvd, je me suis demandé pourquoi les pilotes d’avion ne sont pas en grève (enfin je ne sais pas bien, mais) je vois passer les aéronefs et je me dis que, comme pour moi,on ne peut pas s’empêcher de travailler, il s’agit d’un anxiolytique puissant) (je, par ailleurs, lis les mémoires de Aron Raymond, 750 pages quand même)

j’ai encore à faire (ce soir carbonara) mais cette tristesse toujours là (TEC café) (jusqu’à la rue du Bac et retour, bonjour les guibolles)

à la radio une émission sur la grève de la radio (tandis que la sybile et son mec en rigolent encore – je me souviens de ce type qui se faisait cirer les pompes, le mari de la pédégère de la bnf je crois bien – non, mais ça n’a rien à voir, évidemment : les places sont chères et les hommes loyaux) en passant, un incunable bientôt disparu (en relation étroite avec ce billet) (j’aime assez le petit sigle dessiné à la main)

en dvd Under the tree (en français « Sous l’arbre » – Hafsteinn Gunnar Sigurðsson, 2018) comédie islandaise sans aucune drôlerie et d’un cynisme écœurant

 

 

 

 

Share

2 Comments

    L’incunable, c’est du breton ?

    Les pilotes d’avion (qui disposent pourtant d’une sorte de « régime spécial »…) ne s’estiment sans doute pas mal lotis en ce moment. Seule la grève des passagers – suivant l’exemple de Greta Thunberg plutôt que celui de notre bien-aimé Macron – pourrait les mettre en danger à terme… ! 🙂

  • @ Dominique Hasselmann : du breton pour l’incunable (ça ferait un joli titre de polar) , non sans doute pas (mais savoir à quoi ça réfère, je reconnais que c’est un peu compliqué…) (moi-même je n’y comprends goutte…)

Laisser un commentaire