Pendant le weekend

1408 vivre 2

 

 

(attention : splendeurs)

ça commence tous les jours comme ça (cerisier (travail en cours) TEC) (à peu près

plus ou moins frais, plus ou moins odorant, plus ou moins muet – le matin, tôt, ça ne chante pas encore – ça viendra, certes) puis le soleil donne disait l’îlien –

il y a mon journal de l’Air Nu, il y a mes lectures, les bricolages, les rangements, les ménages, les lessives – tout est pareil, tout est semblable : tout a changé – un café à midi ? (café TEC)

il y a les autres journaux de l’Air nu, les courses, les nettoyages, les plantations, les arrosages, les discussions au dessus des haies – il y a de loin les gens qui vivent tout autant – on marche on dit bonjour – plus loin, dans le noir, plus profond le téléphone les textos les mails – plus loin encore mais là, tout de suite, à ma main les peurs, les disparitions, les soupirs les respirations les toux les morts – la nuit la nuit la nuit sans cause – non, pas elle – la nuit ne vient pas sans prévenir d’abord

il y a cette chanson merveilleuse de cette dame un peu maniérée au piano noir qui faisait « du plus loin que me revienne

l’or de mes amours anciennes

du plus loin du premier rendez-vous » (je me souviens, oui) (recadrée, deux pas sur la gauche)

(elle est de 1967) (du plus loin qu’il m’en souvienne, j’adapte à aujourd’hui tu sais)

au loin, le monde change comme tu sais, même si c’est en pire – le siècle dernier, les faux mensonges, les appels répétés toujours dans le noir, dans l’oubli, sans réponse : oublie, s’il te plaît, peu importe – regarde, respire, « dieu que j’avais besoin »de vous »disait-elle – (mieux cadrée, deux ou trois pas plus tard – il fait doux (j’avais fini mon voyage, vous étiez venu au rendez-vous)

ce soir je vous remercie de vous

avançons, voulez-vous ?
Tenir.

 

 

 

Share

4 Comments

    Splendide, merci ! (et il me semble reconnaître la table : j’ai bu tellement de cafés sur une toute semblable au plateau écaillé fixé par le père sur un pied de machine à coudre)

  • @L’employée aux écritures : Merci à vous Employée – oui, c’est une table du même genre que la céaucéenne…

  • MERCI

  • Le confinement a du beau (pour certains) ! 🙂

Laisser un commentaire