Pendant le weekend

B2TS Saint-Louis II – V

 

B2TS (back to the street) une série pendant le week-end (le dimanche souvent) (parfois le lundi) de photos présentant une exposition de photos elles-mêmes collées sur un mur.

 

Trois couples (dont un avec enfant – adorable – un autre avec bestiole – nettement moins), et trois solitaires – (avancer le titre en chiffres romains, c’est plus du goût du jour) (quelque chose avec le temps qui change, qui ne passe pas, qui évolue ? peut-être) (encore que la scie de Léo reprise par Dalida, tu te souviens, jamais aimé le truc – faux probablement : Léo avait du mal, en allant (par exemple « c’est extra ») (ses tubes) – je me souviens de Belleret magnifique) (Robert) – reprenons – les portraits de retour à la rue – une famille, probablement

surtout pour le regard plein de charme de cette petite tellement heureuse – quelque chose des pays baltes ? les lunettes de soleil la mère, sans doute, l’harnachement du père sportif en diable, peut-être – l’arrière plan plus ou moins martial gothico truqué ? –

autre chose, probablement, mais l’uniforme quand même – probablement le sol : la bouche d’aération de Billy Wilder ? de Marilyn ? (non, une épicerie et des dalles en plastique mou, seulement) la coupe de cheveux ? l’épaule nue – l’accord des bleus en tout les cas –

noir et blanc (clébard ? bof) – uniformes à nouveau, ou ne sont-ce que les casquettes ? – monochromes – ou bi-chromes – lunettes de soleil, ceintures et cetera –

une espèce de charme – le portable aux deux mains – sans chaussette ? – centré –

cette situation en pleine ville – le mobilier urbain,comme on disait dans les enquêtes d’alors – les bijoux, les basketts (j’adore aussi)

Parisiens ? Basketts tout autant – quelque chose de la grâce (les sourires, sûrement de se tenir par le bras – ça pourrait être n’importe où, mais plus dans le 3)

 

Bon dimanche (rien n’a changé, tout est différent – il fait doux, c’est en mai – il fait doux)
Courage.

 

 

 

Share

2 Comments

    la petite fille, les deux vieux, celle qui aurait dû se vêtir autrement pour la bouche et l’élégant comme on aimerait l’oser qui lui fait suite – merci

  • @brigitte celerier : merci à vous de passer – et bon courage pour la suite – sans peur…

Laisser un commentaire