Pendant le weekend

B2TS Saint-Louis-VIII

 

 

B2TS (back to the street) une série pendant le week-end (le dimanche souvent) (parfois le lundi) de photos présentant une exposition de photos elles-mêmes collées sur un mur.

(ces séries commencent à m’emmerder) (sans doute par l’aspect (détestable) contemporain qu’elles développent et singent) (j’en ai une autre sur le feu – de belles images de frontispices de dictionnaires en couleurs –  tant pis ça viendra quand même) ici donc un « retour aux rues » le bien nommé vu la période de réclusion qu’on a endurée (la fermeture des parcs et jardins des villes, cette indignité – mais passons)

il arrive aussi que certaines images provoquent un vif sentiment d’antipathie – c’est assez rare, c’est le cas aujourd’hui (c’est que je viens de refaire les cadrages de ces images, ce qui explique cela – j’ai sans doute moins d’indulgence en les regardant de près) (pas la première en tout cas)

sans doute en Inde (c’est la texture de la marche sur laquelle est assise la jeune femme) (j’aime assez les sandales) – ou en Iran – en tout cas quelque part au monde – sans sourire –

ne retenons que les couleurs, ce rouge (si on me demande, je dis Autriche) et ce vert clair (parce que le kaki, disons, quelque chose comme de l’aversion pour l’uniforme et le ridicule du couvre-chef et les galons jt’enparle même pas – quant à la pose…)

lui, on l’a déjà croisé quelque part – peut-être sur ce mur de la rue Bichat – mais quelque chose de la confiance dans ce sourire, quelque chose de la pureté de l’enfance (ça me fait penser à Victor Hugo, Cosette ou Gavroche, ou encore Georgette) – le sourire, oui –

les fleurs, oui, l’arc-en-ciel aussi bien et le très léger sourire qui en a vu d’autres – pour le suivant, les gestes qui m’insupportent (ce genre de communication pourrie et dégueulasse – tant pis, je la pose quand même)

il se peut que la femme à l’arrière plan imagine ces postures admirables, ou honteuses – immondes certes : des jouets d’adultes, c’est ce que sont ces deux personnages – passons –

on aimerait pouvoir en sourire – laissons cette amertume, voulez-vous ?

ne gardons que le sourire du grand frère…

 

Bon dimanche

 

 

 

 

 

Share

2 Comments

    « Colors » : un excellent film policier du cher Dennis Hopper, 1988 : toujours d’actualité, malheureusement…

    Bon dimanche too ! 🙂

  • je ne peux peut-être pas en sourire mais lui sourire oui et franchement

Laisser un commentaire