Pendant le weekend

les trente-sept mers du globe I

 

 

Bien sûr, je n’y suis plus pour personne. Tout ça n’a rien à voir avec ce qui se passe depuis disons six mois – rien à voir. Il s’agit d’une carte qui ornait un mur, lequel a été rénové – on en a préalablement ôté la carte, fatalement.  Puisqu’elle était dans les ocres et les bleus, je m’en suis un peu servi (cette cause a le mérite de l’esthétique et de la naïveté, sinon de l’idiotie) (les explications le sont toujours un peu) . Elle doit certainement être fausse sur bien des points, mais comme on sait, une carte est, par essence, essentiellement mais partiellement, fausse – elle peut être amendée, revue, corrigée par la réalité dès après qu’elle ait été établie – c’est une représentation plane d’une plus ou moins sphère, c’est une image, plus ou moins juste. OSEF, oui. En quelques épisodes (je détiens treize images, plus une (c’est obligatoire) : l’entière

), je me prépare (c’est pour le mois de mai, je suppose : fais ce qu’il te plaît, voilà) à poser ici des billets signés de (sous l’égide de) l’Employée aux écritures (espèce d’alter ego : merci à l’amie Martine Sonnet à qui on a emprunté le titre masculinisé), lequel s’est aidé d’un dictionnaire pour mettre au jour les appellations qu’il trouvait sur ces images – en fait, sur les noms des mers qu’il a trouvées. Ce dictionnaire, dont on trouve les frontispices ici, là, et j’en passe, date de 1961 – comme la carte, donc, il est faux (on y parle d’une union des république socialistes soviétiques, défunte à trente ans d’ici; d’imanat; d’autres entités encore – peu importe : le monde est tel qu’il est dit la chanson).
Impasse a été faite, sans exhaustive, sans exclusive, des océans des îles et des baies, des pays, des régions. Des golfes. Ces parties sont remises, ou remisées : seul l’avenir le dira (et encore). Parfois, lorsque le cœur en a dit, quelques définitions ici, là, ailleurs. 

 

 

 

On en a trouvé 37 de ces « n.f. (lat. mare) . Très vaste étendue d’eau salée : la mer occupe une grande partie de la surface de la Terre », (la place de cette définition est un créneau entre « mépriser » et « mercanti » – page 647 de l’ouvrage qui en compte 1795) 37, puis un peu plus – le décompte indiquerait peut-être 38, puis trente-neuf : ne nous embarrassons pas, disons 37 – le chiffre est joli (ou du moins, il me plaît) et premier (il me rappelle ma grand-mère maternelle : l’autobus à A. qui allait de la maison au centre ville était fait de ce 3 et de ce 7, séparés d’une barre oblique, elle l’intitulait donc « trois septièmes ») (ce n’est pas un compte rond) (que la paix soit sur son âme).

C’est fait . Les images apparaissent dans l’ordre de la prise de vue (probablement d’ouest en est – si ça peut vouloir dire quelque chose, nord sud ensuite sans doute). Entre parenthèses, certains de ces toponymes non « explicités » – les guillemets pour pallier le manque de certains d’entre eux.

Photo 1 :
de Beaufort ; des Tchouktches (baie de Bristol ; baie d’Admundsen ; golfe d’Alaska) (détroit de Bering)
de Beaufort(-)
des Tchouktches (peuple de l’URSS à l’extrémité orientale de la Sibérie ; ce sont des pêcheurs et éleveurs de rennes)

 

Photo 2 :
du Labrador (baie de Baffin) (détroit de Davis; détroit du Danemark)
du Labrador : (presqu’île du Canada, entre l’Atlantique, la baie d’Hudson et le Saint-Laurent. Chef Lieu : Battle Harbourg (200 habitants). Au nord s’étend la toundra qui fait place, vers le sud, à la grande forêt de conifères. Exploitation des gisements de fer)

 

Photo 3 :
des Sargasses ; des Antilles (golfe du Mexique) (Tropique du Cancer)

des Sargasses : vaste région de l’Atlantique nord couverte d’algues

des Antilles : mer située entre les deux Amériques, limitée à l’est et au nord, par les Antilles ; nommée aussi mer des Caraïbes
Caraïbes : populations aujourd’hui à peu près complètement disparue qui habitaient lors de leurs découvertes par les Européens, les Petites Antilles et les côtes voisines. Les Caraïbes, au Karibs, constituaient une importante famille linguistique et culturelle. Venus du centre du continent, ils refoulèrent les Arawaks.
Arawaks : indiens du nord de l’Amérique du sud qui forment une importante famille linguistique et culturelle

 

 

Fin de l’épisode (cette série est aussi dédiée à deux autres férus de carte : Mathilde Roux, l’amie du collectif l’Air Nu et Olivier Hodasava qui parcourt le monde en images – à eux deux,comme aux autres passants et passagers du voyage, un salut amical).

Share

4 Comments

    Il va falloir intégrer, dans ce travail de bénédictin, les cartes de Salomon : surtout si tu veux savoir si le département dans lequel tu es déconfiné est « vert » et te permet de rejoindre avec délices le « rouge » parisien ! 🙂

  • et chacune me fait rêver (pas certaine que ce serait de même « en vrai »)

  • Alors vous, vous nous déconfinez magistralement, et ça nous fait du bien ! Merci à vous.

  • @L’employée aux écritures : Merci à vous de passer (je réponds tard, l’internet, en province – ah merde non :°)) – en région c’est pas exactement ça…)
    @brigitte celerier : faudrait quand même y aller voir…
    @Dominique Hasselmann : bénédictin toi même !! (mais merci pour le « Smile » de Madeleine du jour…)

Laisser un commentaire