Pendant le weekend

1745 Mardi 23 Mars 2021

 

 

 

 

probablement intérieure seulement – j’ai froid – il est tard et rien ne vient, attendre en parlant, reproduire, s’attacher à lister des personnages plus ou moins connus (et de qui) dans une narration illusoire et alphabétique – tandis qu’elle hurle contre son fils caractériel – une espèce de dégoût, et des chansons tristes qui me viennent – la réclusion, probablement, intérieure aussi – continuer quand même ?

des nouvelles de S. (tenez bon !!!) : j’intègre que ces états d’âme sont peu de choses, mieux vaut aller de l’avant – et puis après on verra bien (rien à voir : p 97) – ne pas perdre de vue le monde qui se printanise – mardi c’est marché ou quoi ? avancer

c’est que le groupe, moi – pas vraiment – un peu, sans doute mais je sais ce manque de reconnaissance, toujours – à un moment, on suivait le décompte : les vaccins, pas avant le quinze d’avril m’a dit l’algo – l’opérette, les maxs, les gels, les injonctions contradictoires, les fausses vérités comme les vrais mensonges, non mais sinon, ça va bien au sommet de l’État –

cinémascope les images hein (c’est chez le tsar, cet autre immonde autocrate

on oublie ?) – allez, un mardi comme un autre, ils se ressemblent tous – voire…

La Flèche brisée (Delmer Daves, 1950)  (miscasting complet d’un James Stewart (42 piges) alors que Debra Paget en a 17 – ça ne fait rien, le film est quand même (pour un western) un classique (le dernier plan, c’est Luky Luke, « poor lonesome cowboy »)

Share

3 Comments

    ah la flèche brisée…
    mais si vaccin c’est enfin demain pour moi (me demande ce qui va m’arriver d’ici là-) ma malade à fleur journalière qui était un défi avec sa presque guérison au delà des espérances raisonnables replonge et je le sens impuissant

  • Delmer Daves tient toujours le coup (mais pas revu hier soir) : en tout cas, la novlangue macronienne utilise le verbe « flécher » à toutes les sauces : il faut « flécher le budget » vers les zones sociales (j’invente le reste de la phrase)…

    Ce qui me fait plaisir, c’est cette photo d’Anna Politkovskaïa, qui me ramène d’un clic à la pièce de théâtre que j’avais vue… en mars 2014 (à l’époque les théâtres ouvraient normalement) et qui la faisait « revivre » avec intensité sur les planches : merci, alors, d’avoir pensé à elle ! 🙂

  • @Dominique Hasselmann : « flécher » oui – conseil de défense des visages pâles ce matin de mercredi…
    @brigitte celerier : courage à vous et à elle

Laisser un commentaire