Pendant le weekend

1747 Jeudi 25 Mars 2021

 

 

le Nathalie Sarraute par Huguette Bouchardeau est arrivé par la poste qui semble fonctionner comme il faut (il comporte un index t’inquiète) – je n’ai pas été vérifier pour le Duras de l’Adler – je suis allé faire ma location (les gens sont étranges, ne répondent pas aux sms – je m’étonne sans m’étonner – je nettoie et me lumbagoïse, découvrant qu’il va falloir changer le réfrigérateur – si ça intéresse quelqu’un, une studio à louer babylone plein centre métro Tuileries sur le pas de la porte : m’en parler) – je voyage (« merveilleux nuages »)

mais je me blesse – cette peur au ventre ou cette angoisse qui tiraille – une autre du même endroit de cette planète-ci

ah non, pardon c’est Suez en son canal ça – pardon (il y a 7 ans jour pour jour j’entamais la divulgation du cahier 44-45)

le long du lac Kluane (Alaska) – il y avait apéritif sur le balcon en ce premier jour du printemps – sans doute cette facilité à glisser dans la dépression opérée par la faille paranoïaque – peu importe, je tente les encouragements – j’ai froid il fait nuit – et puis d’autres (images) d’une autre (planète) (il faut bien qu’on voyage)

tu te souviens, on disait la planète rouge (et les petits hommes verts) – comme ici, un robot

étrange (il photographie – on a du mal à y croire – est-ce affaire de foi ? de croyance ? des images vraies?) (c’est dans les beiges qu’on a décidé de nous la montrer)

une ou deux roues (on y voit des empreintes, en tout cas – un certain poids, une certaine pesanteur) – je me souviens du lem

et du drapeau qui flottait

american stars and bars sous le vent lunaire – combien de temps, déjà ? plus de cinquante ans… je vais faire du café, ou je vais me coucher ? – tenter de m’offrir le Pavé mais le fucking paypal me fait braire – plus passe le temps et plus cette technique boulimique (immonde consentement obligatoire merde) de codes/data/infos/traces m’indispose – tant pis (pourtant, texte magnifique) .

 

 

Share

2 Comments

    les humains et leurs déchèteries trop négligées

  • J’imagine le casse-tête (je reste poli) que représenterait, s’il fallait que l’on envisage dans nos plus hautes instances – puisque « gouverner, c’est prévoir » – une « Attestation dérogatoire de déplacement » pour les futurs touristes désirant aller faire un tour sur la planète Mars….

    Un vrai coup de barre ! 🙂

Laisser un commentaire