Pendant le weekend

Archives pour la catégorie Carnets de Pierre Cohen-Hadria

Antoine Vitez, photographe

C’est en se promenant un dimanche sur le boulevard qu’on passe devant une petite affiche…

Share

Lire la suite...



Formation continue (2)

Nous avons à penser.
Lorsque le monde, tel qu’il est, bouge, nous avons à regarder dans quelle direction.

Share

Lire la suite...



Le mort saisit le vif

De nouvelles importations, de nouvelles couleurs, le monde change.

Share

Lire la suite...



Mieux vaudrait écrire

Marcher dans les rues, voilà qui provoque quelques rencontres…

Share

Lire la suite...



Bleu

J’ai tellement aimé ce calme : il y avait sur ma table ces multiples papiers, ces comptes à n’en plus finir, mais qu’importe, au ciel le bleu était mis.

Share

Lire la suite...



Atelier Pierre Ménard #3

Nous étions une dizaine, on a évoqué nos enfances, les villes de nos enfances, le mobilier urbain de nos enfances.

Share

Lire la suite...



C’est à ça que ça sert

Parfois, je suis révolté mais là, la ficelle me semble un peu grosse : tout ça pour oublier la veste des régionales, c’est bas, c’est petit et c’est mesquin.

Share

Lire la suite...



Quelque chose, dimanche dernier ?

Apparemment, ça n’a aucune importance particulière. Rien de nouveau sous le ciel chargé. Rien.

Share

Lire la suite...



Premier jeudi de printemps

Jeudi, c’était le printemps, après on voterait, lundi bruiraient les résultats, grand chelem pour la France samedi ? Lundi ? On ne sait pas, on espère les deux, c’est comme ça.

Share

Lire la suite...



Soleil d’hiver, froid de gueux

Là, la rue Curial. le 104. On entre. C’est libre. On traverse la halle Curial

Share

Lire la suite...



Atelier d’écriture.

La première session de l’atelier d’écriture que mène Pierre Ménard dans le cadre de sa résidence à la librairie « Litote en tête »

Share

Lire la suite...



Très, très bien.

Je suis allé écouter Annie Ernaux lundi soir, à Beaubourg…

Share

Lire la suite...



Travailler

Le travail, c’est la santé ?

Share

Lire la suite...



Auto-formation

Lorsque le travail s’amoindrit, il reste au sociologue à se former : ça se passe tout le temps, évidemment, un sociologue ça n’arrête pas de lire

Share

Lire la suite...



C’est sûrement à cause du froid…

C’est à cause de cette neige, de tout ce gel, de ces congères et de ces embouteillages : le froid qui s’insinue, le verglas et les accidents de la route.

Share

Lire la suite...



Faire parler

Il y a aussi d’autres choses. Il y a les gens, il y a le monde, on peut bien les interroger, que nous donneront-ils ? Quelques mots, gentils, compassés, furieux, et puis ils oublieront, nous aussi d’ailleurs, seuls resteront ces mots, qu’on tentera d’analyser, de mettre bout à bout, de combiner. Il faudra aussi tenter de […]

Share

Lire la suite...



Littérature

Ca n’a rien à voir avec les livres, la librairie, et tout ce pour quoi nous tentons de faire vivre ces carnets. Ca n’a rien à voir, mais comme précédemment, cependant, il y a des choses que je trouve révoltantes et indignes. M’empêcherais-je de les dire au prétexte qu’elles ne correspondent pas à l’objet de […]

Share

Lire la suite...



Curiosité sociologique

Il est temps de badigeonner un peu de théorie sociologique sur les livres, la lecture, la librairie. Ici on parlera d’une bibliothèque, celle de la Cité des sciences et de l’industrie (BSI : bibliothèque des sciences et de l’industrie) dont l’une des antennes, la Cité de la Santé, propose des projections-débats ayant pour objet la […]

Share

Lire la suite...



État d’âme Zazou

« C’est bien, ça… » : ces mots de « Pour un oui pour un non » de Nathalie Sarraute, prononcés comme sans (les) savoir… On lit, on regarde ce qui se passe, le délitement par exemple des gouvernants, ou les reconduites aux frontières d’habitants de pays en guerre, et leur mort promise, on regarde (le dégoût) mais on travaille, […]

Share

Lire la suite...



L’emploi du temps

L’emploi du temps a quelque chose de tellement obligé que, parfois, on aimerait temporiser, arrêter un peu cette marche en avant (en avant ?), tenter de laisser le monde bouger et de s’absoudre de ce mouvement, illusoire, futile, inutile. Six semaines, les vacances de la Toussaint, les préparations et les terrains, les gens, les enquêteurs-trices, le […]

Share

Lire la suite...