Pendant le weekend

Partons au combat

Partons,

ardent prophète de l’aurore,

par les sentiers cachés et abandonnés,

libérer le vert crocodile que tu aimes tant.

Partons,

vainqueurs de ceux qui nous humilient,

l’esprit rempli des étoiles insurgées de Marti,

jurons de triompher et de mourir.

Quand ta voix répandra aux quatre vents

réforme agraire, justice, pain, liberté,

à tes côtés, avec les mots,

nous serons là.

Et quand viendra la fin du voyage,

la salutaire opération contre le tyran,

à tes côtés, espérant la dernière bataille,

nous serons là.

Et si le fer vient interrompre notre voyage,

nous demandons un suaire de larmes cubaines

pour couvrir les os des guérilleros

emmenés par le courant de l’histoire américaine.

Che

Share

Laisser un commentaire