Pendant le weekend

Repérage (s)

C’est Marie qui est assise derrière la toile et qui ne croyait pas se trouver sur la photo.
1


Où (s)

Dernière ligne droiteoù lire où écrire.  Juan finalise la maquette, avec la complicité/énergie/douceur d’Anne. Oloé, dernières retouches.

Puis une migration vers une liquidité, avec ses ancres subtiles, texte/images.

Où lire sur une avenue ? Comment réussir à écrire quand les radios, leurs flashs, leurs tubes ont envahi les cafés, les boutiques et le système nerveux, les couloirs, les entrées, les quais ? Où s’asseoir quand tout nous porte à marcher en pressant le pas, serrer son sac et droit devant rentrer chez soi le plus vite possible ? Où penser ? Où rêver ? Les oloé, ce seraient ces endroits où lire où écrire. 2

Et une re-matérialisation en quantité limitée : la tournée des imprimeurs.  Jongler avec les horaires, du soir. L’impression, pour le moment, ne répond pas à la demande : l’encre ne respire pas, comme captive ou absorbée. Comme tableau flamand ou pastel fondu.

Pas du tout.

Un dernier rendez-vous avant la prise de décision. Radicale. Nous avons deux idées.

Prélude en tapisserie. Et les sons ?

Ou (s).

Les Etats-Unis, par exemple, sont survolés quotidiennement par l’équivalent d’une ville d’environ 700 000 habitants : ces 700 000 personnes qui sont constamment au dessus des Etats-Unis donnent lieu, en quelque sorte, à un espace. 3

Le jour d’avant.

Au bord de l’Ourcq.

Repérer le lieu, avec Isabelle. Une idée : le chemin de halage,  les anciens entrepôts de Pantin à 10 mn de la maison.  Avant sa prochaine reconversion en programme mixte à dominante économique. 4

Les tessons. Les bombes, au sol. Une caméra.  Prévoir le cheminement, la passerelle, l’escalier puis la rampe, le long du bâtiment.  Mark arrive le 28.

Et (s)

À Noisy, premières numérisations pour le projet Amateurs. Les filaments de la mémoire.

Les rencontres. Jeudi soir. J. W. Je suis une enfant cachée… Le réseau Marcelle, vous connaissez ? 5

Non, je ne connais pas. J’écoute. Je lis.

Le réseau Abadi constitua un des principaux circuits souterrains de sauvetage de l’enfance juive de la zone sud. Créé en 1942 au moment de l’occupation italienne et opérationnel en 1943 dès l’arrivée dans la région de Nice des Allemands qui y semèrent l’épouvante, son secteur couvrait toute la région des Alpes Maritimes. Le réseau Marcel, du nom de guerre de Moussa Abadi, fut totalement indépendant du réseau Garel, sur lequel l’organisation était calquée et bien qu’une collaboration se fût établie entre les deux réseaux. Au total, 527 enfants empruntèrent le circuit animé par Odette Rosenstock, future Madame Abadi, et Moussa Abadi, dans des conditions extrêmes.

527 enfants subtilisés aux crimes.

Une autre fois, nous parlerons de vous, qui vous êtes appelée Jeannette Moreau, toute une année. Et de votre frère, Jean.



1 – Félicie. 1921

2 – Anne Savelli. Oloé. 2011.

3 – Marc Augé. Chez nous. 2006.

4 – Un anonyme. Date non connue.

5 – Jeannette Wolgust. 2011

  • Share/Bookmark

Laisser un commentaire