Pendant le weekend

Oublier Paris #26

Il est dix heures et demie, c’est l’heure du café. Je m’assois à la terrasse, c’est ainsi je ne fume plus (je le regrette tous les jours ou presque) mais je m’assois dehors.

Puis des gens viennent  : une première équipe ; l’acteur est entré au café. Puis ils entrent, tous, puis ressortent, une petite équipe, un homme à l’image, un au son, un autre qui dirige, un quatrième dans l’image.

Il est onze heures moi s le quart, mon voisin fume, s’entretient avec son ami.

J’entends mais n’écoute pas. Je regarde le passage, un chauffeur convoie des bouteilles de son camion au magasin, juste à côté du café. Puis l’une des piles tombe lentement, très lentement, s’affaisse, tout le monde regarde, un peu interdit.

Une autre équipe est là : deux filles.

L’une d’entre elles est assise un peu plus loin, à ma gauche; l’autre filme le postier qui entre au café :

La serveuse porte un micro haute fréquence, elle parle « vous désirez un café », elle va, vient s’affaire, peut-être naturelle, je ne sais pas.

Le postier est sorti, rejoint son camion;

le chauffeur du camion pose des bouteilles, sur le sol, le chauffeur du camion sourit.

Onze heures moins dix, je m’en vais. La jeune fille à ma gauche a pris la caméra.

Je m’en vais, elle pose sa machine sur la table jaune, devant moi, vous partez, oui, je pars,  elle filme mon voisin : « vous permettez c’est pour un film d’école ? »

Oui, ils permettent, c’est un film d’école.

Au travail.

Share

2 Comments

    oh moi qui me demandais si vous figuriez sur le film ! loupé

  • je vois très très bien

Laisser un commentaire