Pendant le weekend

le tour du monde (2)

 

 

Une sorte de feuilleton ? J’ai des scrupules, c’est que sur ce monde-là se déroulent aussi des atrocités, c’est sur ce monde-là (« ces temps-ci, dit la chanson, je l’avoue, j’ai la gorge un peu âcre… »).

ce monde là 1

A l’extrême gauche (sur la photo seulement) on trouve la Chine, puis le Corée (les deux), puis l’archipel ces îles-là : le Japon, le Pacifique (si mal nommé) et les îles (sous le « North Pacific Ocean » qu’intitule le robot) qui sont la destination finale de cette étape. Hawaï. Mais non : on s’arrêtera au Japon (c’était imprévu).

ce monde-là 2

Est-il besoin d’évoquer le jour de la Saint Amour mille neuf cent quarante cinq, ou ce onze mars deux mille onze ?

ce monde-là 3

Pratiquons le zoom avant : la destination sera Nagoya, c’est à peine si on distingue avec ces écritures et ces tracés de voies ou de frontières qu’impose la machine (on en les ôte pas, si ? moi je n’y parviens pas).

Plongeons, zoom avant.

ce monde-là 4

Si on me demandait, je dirais qu’il s’agit d’une île artificielle (mais je n’ai pas cherché, je suis en retard) : il s’agit de l’aéroport où l’avion solaire s’est hier posé, les conditions météo étant ce qu’elles sont (mauvaises à quelques jours, là-bas comme ici). Il ne s’agit pas d’une course, on le sait, mais d’un record.

ce monde-là 5

L’aéroport posé sur la baie, et dans la baie, aussi, les bateaux : de toutes sortes…

ce monde-là 6

Je perds mon axe (la ligne pointillée, fournie en kit par la machine, peut guider : elle est plutôt orientée nord sud…), mais n’importe : les bateaux, qui croisent (ici un méthaniers je suppose)ce monde-là bateau1

rétablir la vérité, donc le méthanier (disons)

cemondelà bateau 2

les deux petites vedettes qui font la course, là

cemondela bateau 4

(ce sont peut-être d’énormes croiseurs militaires ?), ce joli paquebot bleu (?)

cemondelà bateau 5

les uns remontent, les autres descendent, d’autres stationnent dans d’étranges dispositions

cemondela bateau 10

très bizarre, l’appontement de pétroliers (j’en sais rien, jte jure que je suis pressé) : ici le petit qui traine derrière lui ses fils d’orange

cemondela bateau 9

et le bateau-mère (ou père je ne sais) où s’accostent d’autres au travail

cemondela bateau11

(pour les « H » j’opte pour des appontements pour hélicoptères), il en est de toutes les catégories, certains sont à quai, non loin des pistes

cemondela bateau 6

d’autres arrêtés près des rives (on souligne bord cadre, en bas, le petit bâtiment aux carrés rouges et blancs)

cemondela bateau 7

on le discerne à peine, ici on le voit mieux

cemondela bateau 8

bateaux et aéroplanes, avions, mobilité déplacements, un feuilleton pour tenter d’oublier (ce matin, on démolit, sous les lignes du métro de la ligne qui va de Nation à Etoile, en passant par Belleville et Barbès, le campement de quelques centaines de tentes de sans-abris)

ce monde-là 7

les pistes, les aéronefs, les voyages, les suppléments de bagages

ce monde-là 8

les uns se posent, les autres sont en partance, « là-bas brille la paix, la rencontre des pôles… » (disait Claude Nougaro, j’adore cette chanson), oui, là-bas, mais où ? Tu me diras…

 

 

 

Share

2 Comments

    où ? autre part, toujours autre part
    et puis dans chaque endroit où elle n’est pas la paix, la vie qui tente de la reconstituer par petites touches

  • Je l’ai vu atterrir (heureusement, pas « en catastrophe »), l’avion solaire, et j’aime bien toutes ces vues plongeantes de bateaux (le petit avec ses fils oranges, les deux vedettes qui font la course (peut-être des « go fast » sur mer avec cargaison « héroïque » à bord ?), le paquebot bleu…

    Finalement, tu t’es un peu transformé toi-même en drone, c’est drôle !

Laisser un commentaire