Pendant le weekend

le tour du monde (4)

 

Trois épisodes précèdent celui-là, c’est que je suis assez entêté, je ne lâche pas, depuis tant d’eau a et sous quels ponts coulé, l’épisode précédent avait lieu en juillet, l’avion était resté cloué au sol batteries fusillées, puis l’écliptique étant ce qu’il est il a bien fallu attendre que l’astre illumine à nouveau suffisamment cette partie du monde, eh bien, le revoilà, gaillard et insonore. Cette série n’est pas close (il semble qu’une prochaine étape conduira l’équipe à Phoenix -dans l’état où, comme chacun sait, Harry zona (dixit je ne sais plus qui) (j’ai perdu toutes mes musiques depuis) puis à New-York, comme il était prévu, puis encore quelque part en Afrique du nord avant de rallier son point de départ). On ne sait trop quand cela se terminera. On se tient au courant, comme s’il s’agissait de quelque chose d’important… 

 

On n’en aura jamais fini ( tu comprends il y a là quelque chose d’assez bizarre mais on va y revenir) : l’avion a décollé jeudi dernier, et s’est posé dimanche, ou bien ? Oui, dimanche (il faut faire attention) à six heures quarante quatre GMT (ça se dit encore, ça ? j’en sais rien mais faut faire attention). Il est parti d’Hawaï alias Pearl Harbour (bizarre comme on n’en dit rien, de ce port de la Perle dans les gazettes) (enfin sauf ici mais bon, l’audience, hein…) et il a rallié Saint François (c’est le pape qui doit être content) (quoi que ça se dise encore en dialecte plutôt spanish il me semble, mais n’importe), il a fait quelque tours au dessus de la baie d’icelui, avec son pont d’or (il faut faire un pont d’or à cet avion, certes, car il en a besoin : je ne sais plus exactement, mais ça se chiffre en millions de dollars un escale de neuf mois, tu n’as pas idée) et tout le bastringue (je me souviens de « Bullitt » (Peter Yates, 1968) moi, et aussi de « Vertigo » (Sir Alfred, 1958)) enfin, c’est plutôt par là

très très loin aéroport SF1

l’océan Pacifique, la côte ouest des zétats : tu vois Palo Alto (le grand arbre) et juste en dessous Mountain View, c’est là, zoom avant

de très loin aéroport SF1

au dessus du croisement des (auto)routes jaunes, on distingue déjà les deux pistes d’aterrissage, on s’approche encore

de plus loin aéréoport SF1

eh bien, c’est là

de loin Aéroport SF 1

ce qu’on voit un peu à droite au bord de l’eau c’est un golf, l’un des passe-temps préférés des étazuniens

Golfeuses aéroport SF1

elles sont là, cannes caddies casquettes et soleil

golf terrain aéroport SF1

et là, esseulée, cette chaise et au fond, les pistes d’atterrissage (on a comme l’impression d’une sorte de vacuité, de vacances), j’ai regardé autour ce qu’il y avait, j’ai trouvé de nombreux aéroplanes, quelques hélicoptères, et l’endroit m’est apparu très fortement militaire (un peu comme à Hawaï). Des vaisseaux de guerre

hélico moche

une espèce d’insecte, y décèlerait-on une vague odeur d’arme de guerre et de mort ? Sans doute. Ici d’autres

2 hélicos SF3

moins imposants sans doute, petits points jaunes au bout des pales qui dénotent quelque chose d’un peu plus civil, peut-être, puis celui-ci assez mignon, qui fait le plein sans doute

hélico rouge et blanc SF3

on peut aussi parfois distinguer des humains (l’ombre des bipèdes plutôt mais c’en sont, à n’en pas douter)

hélico plus deux humains SF3

on les voit, bord cadre à gauche en bas, ombres portées, ici deux autres machines plus une troisième

2 hélico plus un et un avion SF3

enfin il s’agit d’un aéroport de l’armée, sans doute, mais qui jouxte une drôle de construction

hélico biz SF3

ah il reste celui-ci qui, probablement, est sur le départ ou l’arrivée mais dont les moteurs tournent et diffractent la lumière que perçoit le robot en couleurs primaires, ce serait joli si ce n’était pas guerrier(non, on n’aime pas la guerre, non) mais là, disais-je (on nomme cette construction « une sphère » – mais je n’ai pas cherché, je suis toujours pressé avec ces numéros du « tour du monde »

sphère SF3

il s’agit d’une structure métallique, qui n’abrite, je crois rien, on distingue sur son côté quelques minuscules aéronefs qu’on regardera de plus près tout à l’heure, il s’agit d’un petit musée) mais je suis descendu voir un peu et là

sphère d'en face aéroport SF1

on voit ceci du golf encore, mais de plus près on trouve des images prises par des visiteurs dont celle-ci, sous la pluie

petit musée 2 aéroport sf1

drôle de truc, on voit au premier plan cette auto, mais sur la gauche, l’avion, petit, caché sous une bâche,qui fait partie du petit musée

petit musée 1 aéroport SF1

qu’on voit ici de haut, mais ce qui plait surtout c’est ce réservoir et son ombre si western, non ? enfin, voilà un aéroport plutôt militaire des avions

avion 1 aéroport SF1

un autre aussi

avion 2 aéroport SF1

oui, celui-là doit être simplement en exposition, probablement, il y a là aussi des citernes, des bâtiment qu’on ne voit pas sur la terre avec le robot (ce doit être interdit, je suppose)

citernes aéroport SF1

une citerne, des hangars

hangar 1 aéroport SF1

immenses, sans doute,

piste L14

des pistes (L pour left, 14 pour 14) ou une autre

piste 32 SF3

(R pour right) les petites croix qui indiquent ici, voilà c’est là, du côté de la baie de San Francisco, à côté de Palo Alto

palo altoaéroport SF3

ce qu’on voit d’un peu loin, ce sont de gauche à droite, des milliers de petites maisons, comme des « gated communuties » mais je n’ai pas trouvé de porte, ce sont des lotissements, maisons individuelles, puis un golf, à nouveau puis un aéroport

palo alto aéroport un peu loin SF3

le voici d’un peu plus près,

aéroport palo alto OK

un parking, telle est ainsi la vie, telle est ainsi le monde , l’occident, la joie du capitalisme, la façon de vivre étazunienne, le soleil et les ombres tranchées, le Pacifique, les vagues et ici (un peu plus loin, c’est vrai) s’est posé cet avion de soixante dix mètres d’envergure, j’ai eu peur lorsque le pilote a lâché en posant le pied sur le sol (dit-on) (mais il est psychiatre, il doit savoir ce qu’il dit) « je croyais être content de revenir sur terre, mais en fait non… » : j’ai pensé à ce qu’on appelle le syndrome de Stockholm pour les otages qui pactisent avec leurs ravisseurs, une aventure toujours ce goût après dix mois, tu te souviens de juillet dernier ? Depuis, un univers s’abîme (mais on reste debout, la nuit) mais cette valse là, autour du monde, comme si de rien n’était (et pourtant, il est, à présent, tellement, et tellement blessant…)

 

Share

2 Comments

    tu as peut-être raté une vocation de contrôleur aérien ?

    Mais c’est sympa, ces vues de là haut, comme enregistrées par un œil de « Peeping Tom » céleste…

  • @Dominique Hasselmann : oui, ma vocation, oui… :°))

Laisser un commentaire