Pendant le weekend

Quatorze

 

(ça continue, et ça doit durer : malgré les imbéciles – incroyable comme il y en a partout- les mauvais coucheurs, les tenants de la violence légitime et autres édiles qui se font les porte-paroles – quelle misère…- des épiciers et propriétaires des bars du coin, ça tient, et ça continuera de tenir : nuit debout) cette nuit levé de un à cinq histoire d’écrire quelques pages pour la fiction loin de tout, vu un mail passer où on indiquait un « mettre un terme à nos échanges » du meilleur augure faisant penser aux merveilles du monde, on s’en fout c’est vrai, mais après tout, qu’en terme galant ces choses-là sont dites, non ? (quelle distinction dans le propos, hein… tsss)

géode

(trois mouettes collées sur le dôme) (à l’heure où paraîtra ce billet et où blanchira la campagne (encore que non, pas ces temps-ci, non, espérons qu’il ne pleuve pas, voilà), je serai sur place, à regarder entendre et voir ce qui se passe, puis vers la gare, puis vers Rome là où se trouve le magasin de madame Irma) (peut-être des images animées, qui peut savoir ?) (Rome ou Londres, enfin du côté d’Europe, ça ne fait aucun doute)

Share

1 Comment

    Bon voyage (si ce n’est pas que la rue… de Rome !) 🙂

Laisser un commentaire