Pendant le weekend

Vingt-trois cent soixante dix-sept

 

 

(aujourd’hui, mon père aurait tapé quatre vingt treize – je ne le lui aurais certes pas souhaité – il aimait Victor Hugo) (encore que pourquoi pas ?) (quarante quatre années que voilà) Rétro-alphaville G comme Gif-sur-Yvette

Gif sur yvette 1

habitais-tu une petite maison comme celle-là  ? (le billet du jour dédié à Maryse Hache, parce que c’est comme ça – elle vivait à Orsay me dit-on, mais enfin, le O est pris par Odessa – et son plan américain – , et puisque le I est Constantinople, il n’y a guère de raison que le G ne soit pas celui d’Orsay finalement) la maison de Gif me fait souvenir d’enquêtes longues et tumultueuses dans le bled, un peu comme à Montgeron (la banlieue parcourue en long large travers Vaches-Noires et Quatre-Chemins comme s’il en pleuvait), il y manque un auvent (j’ai du voir une photo de la maison un jour, quelque chose je ne sais plus) probablement un chat quelque part, aux ciels les avions, je me souviens du Château-Landon atelier d’écriture de Pierre Ménard où elle lisait ses textes, je me souviens de la 403 bleu nuit, je me rappelle au bon souvenir de la poésie

Gif sur Yvette 2

fleurs de robot, peut-être, mais fleurs tout de même… avec toute mon affection (je passe et laisse au silence cette Yvette qui devait être, si je ne trahis pas les souvenirs, cette blonde qui accompagnait le frère de ma grand-mère, un jour de juillet soixante deux, sur la Côte d’Azur à La Croix-Valmer où je n’avais pas dix ans mais avais quand même fiché mon pied sur un clou dépassant d’une planche (était-ce le droit, était-ce le gauche ? tu vois comme disparaissent les choses, je ne sais…), elle était vêtue d’une de ces robes en corolle à fleurs dans les rouges et les blancs ceinture à la taille blanche et lunettes de soleil (le gauche, si))

Share

3 Comments

    Le robot prend du grand-angle et fait basculer la maison : est-il bien sérieux de le laisser menacer ainsi les constructions ?

  • @Dominique Hasselmann : sérieux, non, je ne crois pas. Merci de passer…

  • […] s’ouvraient les roses à nouveau (en spécial dédicace à Maryse […]

Laisser un commentaire