Pendant le weekend

Dix neuf deux cent soixante trois

 

 

j’allai à Belleville voir l’état de la poursuite des travaux (ce truc-là, qui a passé un an, qui s’est soldé par une maison brûlée, n’est pas fini) (cicatrisé peut-être) (OSEF disait ma fille) (les merveilles du monde se sont tues) et voilà qu’un des parrains passe en bougonnant (derrière lui, l’affiche de cinéma associant dans un même élan de flingues la cotillard et le pitt)

un-demes-parrains-de-belleville

les hommes avancent sur le chemin (les femmes aussi, certes), on a vu, on a regardé on s’en est allés manger une soupe au coin de la rue, en remontant l’immeuble du 40 commence une nouvelle vie

grue-immeuble-construction-40-belleville

il faisait doux, on allait travailler ici, acheter de la peinture là (une horreur, en face de beaubourg, je hais ces officines la douzaine de caisses, la voix synthétique « caisse numéro 4 merci » je déteste mais tant pis) on a bossé un moment, on a lu, j’ai fini « Sibérie » (Olivier Rolin, 2016 Verdier) dans lequel il raconte son arrivée par le train à Vladivostock (« le maître de l’Orient ») par où passaient ceux qu’on allait tuer (par centaines de milliers) à Magadan (on préfère oublier), j’ai eu la curiosité d’aller chercher un peu ce lieu, cette horreur, cette torture du siècle dernier, j’ai trouvé ceci que je tiens pour la baie de Nagaïevo

baie-de-nagaievo-magadan

(travailler monter les sons – ma fille : « tu tappes tuto tu verras tu vas trouver » je n’ai pas encore tapé tuto, je le fais, là, photocopies, travailler et travailler encore, j’en ai ma claque) (hier soir « Voyage à travers le cinéma français » (Bertrand Tavernier, 2016) si doux, mais m’a manqué un peu Clouzot (son « Quai des orfèvres » (1942), par exemple), trois heures comme dans un rêve (le livre de Gilles Jacob, « La vie passera comme un rêve », il est en poche je crois bien), magnifique)

Share

4 Comments

    merci pour le conseil final

  • (J’embrasse ta fille, elle a raison, c’est comme ça que j’ai fait :)) (bises à toi aussi)

  • Olivier Rolin, grand voyageur (comme son frère) mais pas lu son dernier livre…
    C’est un immeuble « social », qu’ils terminent ?

  • @brigetoun : bonne lecture..!
    @Anne Savelli : je transmets… et merci du passage
    @Dominique Hasselmann : pour l’immeuble, on est en train de fonder le truc – je ne sais pas mais c’est une sorte de feuilleton…

Laisser un commentaire