Pendant le weekend

Vingt quatre deux cent soixante huit

 

 

(travailler, c’est bien joli, mais ça empêche de lire, d’écrire, d’aller au ciné et de flâner dans les rues) (ou ailleurs d’ailleurs) (quand on n’est pas payé, ça craint encore plus) (je me suis demandé dans quelle case s’étaient rangées les gafa lors de cette élection : je lis dans la gazette que Clinton a recueilli deux millions de voix de plus que le facho peroxydé (©DH & ®Chasse-Clou) – est-ce que ça donne à réfléchir ?) (pour ici, j’ai apprécié l’incise de Johann Sfar sur l’un des candidat à la primaire -a-t-on jamais vu un scrutin plus inique que ces primaires ? – à droite: « on me parlait tellement de ses sourcils que je n’avais pas vu la mèche« )

entre-la-chapelle-et-barbes-ok

(entre la Chapelle et Barbès) (message personnel : combien ça fait, 67 balais ? bravo camarade !!) j’ai essayé de faire en sorte que les choses avancent, j’ai été frappé par la nouvelle de la libération d’Asli Erdogan bientôt démentie (mais on ne lâche pas : on peut contribuer ici) (et on écoutera des lectures en turc ici), je suis revenu à pied, il faisait doux, j’ai repensé à mélico

melico-page-ok

mise à l’écart, mais qu’y peut-on sinon déplorer, je ne sais, je recommence sur le métier – ni pardon, ni oubli – , photos partitions du disque mises en place d’extensions – crevé il est trop tôt – ici un lion sicilien, si je me souviens (#290) sur une porte, à Scicli, ce n’est peut-être qu’un griffon, en même temps, ce n’est pas simple à déterminer

lion-porte-siccli

 

Share

2 Comments

    j’avoue que suis assez peu familière des griffons (pas tellement plus des lions mais tout de même un peu davantage) alors ne saurais trancher
    Merci pour la phrase de Sfar (m’avait échappée)

  • on peut donc griffonner sur Internet, ne pas se casser la crinière…

Laisser un commentaire