Pendant le weekend

Quatorze un trois cent vingt

 

 

(fini la saisie, la compta en voie de je ne sais pas bien – la comptable est à l’école me dit-on au téléphone – des loups à n’en plus finir avec les factures : nouvelle lune ?) en tout cas croisé cette carte

les mers du sud ? le passage du nord-ouest ? non

un « siège » de la station gare de l’Est (merci la régie, le syndicat tout ça : c’est fait pour que les clochards et autres sans abri ne puissent pas s’installer) (merci encore au syndicayt wtf pécresse d’avoir voté le fin de la gratuité sur son réseau les jours de pollution et de restriction d’usage des autos, c’est comme ça que travaille la droite) du métro parisien; je suis allé changer à Bastille et là

il faisait beau pourtant, déjeuner en terrasse avec mon pote(le voilà retraité à présent…) (tartare frites et vin blanc – encore merci) il se met à tomber de la neige, lui fume, on se marre, retour bosser finir donc continuer compte en banque en berne acheter quand même la carte de réduction au Louxor (53 e les dix entrées – je pense à l’illimitée mais je hais ces contraintes, tant pis) , on a mangé au coin des rues Louis Blanc-Perdonnet (magnifiquement relevé pakistanais plats végétariens vendredi 9 euros) mais avant ce cliché (une dame aux commandes)

au cinéma « Harmonium » (Kôji Fukada, 2016) vaguement onirico-fantas(ma)tique triste et malheureux (turpitudes, crimes, suicides : tout le kit) (bah… je préfère – et de loin – madame Kawase)

Share

2 Comments

    T’as d’ bons yeux, tu sais… car pour identifier une femme (Antonioni, 1982) aux manettes de la rame, même en agrandissant la photo (Blow-Up, 1966 ), il faudrait se lever plus tôt (Le soleil se lève aussi, Hemingway, 1926) !

  • @Dominique Hasselmann : je te réponds demain. En ligne…

Laisser un commentaire