Pendant le weekend

Quatre deux 342

 

 

 

(je suis parti chercher une table et une bibliothèque avec mon auto, mais elle était trop petite : je n’ai rapporté que des livres) (c’est déjà pas mal : croisé ce type qui revenait d kebab à tout petits pas dans la rue de l’Ourcq)

c’est à lui que j’ai pensé en lisant le carnet de recherches 4 d’aux bords des mondes, une série qui parle de quelque chose qui va arriver

on connaît donc l’avenir (au séminaire, on en parlait aussi); au téléphone l’une des merveilles du monde – tu vois les voleurs ? la banque, là – j’y suis, dans cette officine, depuis 1969, tu le crois ? moi non plus – qui m’appelle, me demande rendez-vous, pas le temps non, me dit qu’une autre merveille du monde – là, ce sont les comptables, on est forcé d’en passer par là, donc – a décidé de prélever sur le compte de la société – « le compte de la société » ça ne s’invente pas – la presque entièreté des sommes dues, alors qu’on s’était entendu pour dix prélèvements – un par mois, ça va sinon ? et sinon, la confiance, ça va ? –

pendant ce temps-là, au ciel passent nuages et aéronefs, je sais bien, bientôt je retourne sous le joug, voilà juste cinq mois que je ne suis pas payé, ça va bien sinon ?

il ne reste qu’à rêver, peut-être, je vais aller plutôt au cinéma ou alors marcher ou alors déménager ce week-end, oui, voilà, tandis qu’une autre merveille du monde m’informe (le bailleur stuveux) que les arriérés de charge seront déduits des loyers suivants (cette merveille-là, lors de l’entrevue de début septembre, m’a dit (sans rire sur le mode du sérieux le plus absolu) (tu comprends, ces gens-là sont toujours sur le mode du sérieux le plus absolu) il m’a dit : »je vous fais un chèque tout de suite » péremptoire : la parole, chez ces merveilles-là n’a que peu d’influence sur les actes, c’est dissocié, il faut le savoir). Sans ça, ça va bien, oui, ça va bien.

Share

2 Comments

    pour le carnet de recherches d’Au bord des mondes, un peu de mal à lire cela de l’extérieur…

  • @brigetoun : c’est justement de l’intérieur qu’il faut y penser, je crois… (et difficile de faire autrement aussi…) Merci du passage

Laisser un commentaire